24 juin 2014

“Le témoignage” et “témoigner” de Jean Baptiste dans l’Évangile de Jean



L’article en vietnamien:

Email: josleminhthong@gmail.com
Le 24 Juin 2014.

Contenu

I. Introduction
II. Le témoignage de Jean Baptiste (1,7.19; cf. 5,36)
III. Jean Baptiste témoigne de qui et de quoi
   1. Jean témoigne de lui-même
   2. Jean témoigne de Jésus en 1,19-37
   3. Jean témoigne de Jésus en 3,31-36
IV. Jésus rappelle le témoignage de Jean (5,33)
V. Conclusion



I. Introduction

Dans l’article: “‘Le témoignage’ (marturia) et ‘témoigner’ (martureô) dans l’Évangile de Jean”, nous avons signalé le nombre d’occurrences et l’usage du nom “marturia” (témoignage) et le verbe “martureô” (témoigner) dans cet Évangile. Cet article se concentre sur “le témoignage” et “témoigner” de Jean Baptiste. Pour ce thème, il existe 2 fois le nom “témoignage” (1,7.19) et 7 fois le verbe “témoigner” (1,7.8.15.32.34; 3,26; 5,33). Cette analyse traite trois points: (1) Le témoignage de Jean Baptiste (1,7.19; cf. 5,36); (2) Jean Baptiste témoigne de qui et de quoi? (3) Jésus parle du témoignage de Jean (5,33).

II. Le témoignage de Jean Baptiste (1,7.19; cf. 5,36)

Dans l’Évangile, le témoignage (marturia) de Jean Baptiste est rapporté 2 fois en 1,7.19:

(1) La première fois se trouve dans le prologue de l’Évangile (1,1-18). L’auteur introduit Jean Baptiste au lecteur en 1,6-8: “6 Il y eut un homme envoyé de Dieu. Son nom était Jean. 7 Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8 Celui-là n’était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière.” (Les citations sont prises dans la Bible de Jérusalem, 2000). Le nom “marturia” (témoignage) est utilisé dans le texte grec en 1,7b: “houtos êlthen eis marturian.” La traduction littérale de cette phrase est: “Il (Jean) vient en témoignage”, (“he came for testimony”).

(2) La deuxième occurrence du nom “marturia” (témoignage) dans la mission de Jean Baptiste est apparue en 1,19 après la fin du prologue (1,1-18). Le narrateur commence ainsi la péricope du témoignage de Jean en 1,19a: “Et voici quel fut le témoignage de Jean.” Ce témoignage est présenté dans le contexte où “les Juifs lui (Jean) envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander: ‘Qui es-tu?’” (1,19b).

En 5,33-36 Jésus rappelle indirectement le témoignage de Jean Baptiste dans le contexte des débats avec les Juifs. C’est “un rappel indirect” parce qu’en 5,33-36, Jésus n’utilise pas directement le nom “marturia” (témoignage) pour parler du témoignage de Jean. Jésus dit aux Juifs en 5.36a: “Mais j’ai plus grand que le témoignage de Jean (Egô de ekhô tên marturian meizô tou Iôannou)”. La traduction littérale de cette phrase est: “Moi, j’ai un témoignage plus grand que (celui) de Jean” (5,36a), le terme “témoignage” (de Jean) est sous entendu. Le témoignage que Jésus possède est ses œuvres comme il le définit en 5,36b: “En effet, les œuvres que le Père m’a donné à mener à bonne fin, les œuvres mêmes que je fais, témoignent à mon sujet que le Père m’envoie.” Le contenu du “témoignage” de Jean Baptiste est présenté dans le récit en lien avec l’usage du verbe “témoigner” (martureô).

III. Jean Baptiste témoigne de qui et de quoi

Avant de rendre témoignage à Jésus, Jean Baptiste témoigne de lui-même pour que les gens sachent qui il est et quelle est sa mission. Cette partie présente deux sujets: (1) Jean témoigne de lui-même et (2) Jean témoigne de Jésus en 1,19-37.

   1. Jean témoigne de lui-même

Au début de sa mission, Jean Baptiste rend témoignage à lui-même, en disant “non” trois fois (1,20.21a.21b), puis il définit sa mission. Le témoignage de Jean à lui-même est résumé en trois points:

      (1) Jean Baptiste n’est pas le Christ (1,20), il n’est pas Élie (1,21a), ni le prophète (1,21b). Après le prologue de l’Évangile (1,1-18), le narrateur commence le témoignage de Jean en 1,19: “Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander: ‘Qui es-tu?’” Jean confesse son identité en disant “non” trois fois dans le dialogue en 1,20-21: “20 Il (Jean) confessa, il ne nia pas, il confessa: ‘Je ne suis pas le Christ’ – 21 ‘Qu’es-tu donc? Lui demandèrent-ils. Es-tu Élie?’ Il dit: ‘Je ne le suis pas’ – ‘Es-tu le prophète?’ Il répondit: ‘Non.’” Voir l’artcile: “En Jn 1,21 Jean le Baptiste n’est pas Élie, pourtant en Mt 17,13 il est Élie, contradiction ou complémentarité?

      (2) Jean est “la voix de celui qui crie dans le désert” comme il le dit aux gens qui l’interrogent en 1,23: “Moi? la voix de celui qui crie dans le désert: Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit Isaïe, le prophète.” Cette voix est une invitation à rendre droit le chemin du Seigneur. Le prophète Isaïe a écrit en Is 40,3-5: “3 Une voix crie: ‘Dans le désert, frayez le chemin de Yahvé; dans la steppe, aplanissez une route pour notre Dieu. 4 Que toute vallée soit comblée, toute montagne et toute colline abaissées, que les lieux accidentés se changent en plaine et les escarpements en large vallée; 5 alors la gloire de Yahvé se révélera et toute chair, d’un coup, la verra, car la bouche de Yahvé a parlé.’” Dans ce contexte, Jean Baptiste apparaît pour faire le baptême de repentance qui prépare le cœur et l’esprit des gens pour qu’ils puissent accueillir Jésus et croire en lui.

      (3) Jean est celui qui “baptise dans l’eau”. Jean parle de cela trois fois en 1,26.31.33a pour se distinguer clairement de Jésus qui “baptise dans l’Esprit Saint” (1,33b). Avec 2 occurrences du terme “epaurion” (le lendemain) en 1,29.35, le témoignage de Jean (1,19-37) a eu lieu pendant trois jours: (1) 1,19-28; (2) 1,29-34; (3) 1,35-37. Le premier jour (1,19-28) Jean dit à ses interlocuteurs en 1,26-27: “Moi, je baptise dans l’eau. Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas, 27 celui qui vient derrière moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale.” Le deuxième jour de son témoignage (1,29-34), Jean dit à ses auditeurs en 1,31: “Et moi, je ne le connaissais pas; mais c’est pour qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptisant dans l’eau.” Puis il continue en 1,33: “Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint.”

   2. Jean témoigne de Jésus en 1,19-37

Comme l’auteur le dit dans le prologue de l’Évangile, Jean Baptiste vient pour témoigner (1,6-8). Le contenu de son témoignage en Jn 1 est résumé en huit points suivants:

      (1) Jean témoigne de la lumière. Par deux fois (1,7.8) le narrateur l’affirme dans le prologue de l’Évangile (1,1-18). “La lumière” ici est identifiée au “Logos (le Verbe)” (1,4-5), et identifiée à Jésus lui-même comme ce dernier l’affirme en 8,12; 9,5. Jésus dit à ses adversaires en 8,12: “Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie.” En 9,5, Jésus dit à ses disciples: “Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde.” Ainsi Jésus est la lumière mentionnée dans le prologue de l’Évangile (1,4-9). “Témoigner de la lumière” veut donc dire “témoigner de Jésus”.

     (2) Jean témoigne que Jésus est venu derrière lui et maintenant, il passe devant lui parce que Jésus existait avant lui (1,15.27.30). Le narrateur relate en 1,15: “Jean lui (Jésus) rend témoignage et s’écrie: ‘C’est de lui que j’ai dit: Celui qui vient derrière moi, le voilà passé devant moi, parce qu’avant moi il était.’” Jean Baptiste réaffirme son témoignage le premier jour en 1,19-28 et le deuxième jour en 1,29-34. Jean déclare en 1,27: “Celui (Jésus) qui vient derrière moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale.” Au cours de la deuxième journée, Jean présente Jésus à tout le monde en 1,30: “C’est de lui que j’ai dit: Derrière moi vient un homme qui est passé devant moi parce qu’avant moi il était.

      (3) Jean témoigne que Jésus se tient au milieu de ceux qui sont envoyés à Jean (les prêtres et les lévites), mais ils ne connaissent pas Jésus. Jean leur dit en 1,26-27: “26 Moi, je baptise dans l’eau. Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas, 27 celui qui vient derrière moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale.” Cette parole montre qu’au moment où Jésus commence sa mission publique, les autorités juives ne savent pas qui est Jésus. Dans le cas de Nathanaël, celui que Jésus qualifie comme “un Israélite sans détour” (1,47), il ne connaît pas Jésus avant de le rencontrer. En effet, le narrateur raconte le dialogue entre Philippe et Nathanaël en 1,45-46: “45 Philippe trouve Nathanaël et lui dit: ‘Celui dont Moïse a écrit dans la Loi, ainsi que les prophètes, nous l’avons trouvé! C’est Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth.’ 46 Nathanaël lui dit: ‘De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon?’ Philippe lui dit: ‘Viens et vois.’” Ainsi il semble que personne ne connaisse qui est Jésus avant qu’il exerce sa mission publique.

      (4) Jean témoigne deux fois (1,29.36) que Jésus est l’agneau de Dieu. Le deuxième jour (1,29-34) du témoignage de Jean, le narrateur raconte en 1,29: “Le lendemain, il (Jean) voit Jésus venir vers lui et il dit: ‘Voici l’agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde.” Jean fait le même témoignage le troisième jour en 1,35-37: “35 Le lendemain, Jean se tenait là, de nouveau, avec deux de ses disciples. 36 Regardant Jésus qui passait, il dit: ‘Voici l’agneau de Dieu.’ 37 Les deux disciples entendirent ses paroles et suivirent Jésus.” Le témoignage de Jean en 1,36b: “Voici l’agneau de Dieu” est la dernière parole prononcée durant les trois jours de son témoignage (1,19-37), parce que la péricope suivante (1,38-51) parle des premiers disciples de Jésus. Jésus prend la parole pour la première fois dans l’Évangile en 1,38b. Il dit aux deux disciples de Jean Baptiste quand ces derniers le suivaient: “Que cherchez-vous?” (1,38b).

     (5) Jean témoigne que l’Esprit descend du ciel et demeure sur Jésus. Le narrateur relate en 1,32: “Et Jean rendit témoignage en disant: ‘J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur lui (Jésus).’” Le verbe “témoigner” en 1,32a détermine le contenu du témoignage de Jean: Dès le début de la mission de Jésus, “l’Esprit” (pneuma) demeure avec lui. Jean souligne cette idée dans le verset suivant en 1,33b: “Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint.

      (6) Jean témoigne que Jésus baptise dans l’Esprit Saint. Le deuxième jour (1,29-34), Jean parle de Jésus en 1,33: “Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint.” Ainsi Jésus est celui qui baptise dans l‘Esprit Saint (1,33b) tandis que Jean est celui qui baptise dans l’eau (1,26.31.33a).

      (7) Jean témoigne que Jésus est le Fils de Dieu. À la fin du témoignage de Jean le deuxième jour (1,29-34), il révèle l’un des titres importants de Jésus à travers deux verbes: “voir” (horaô) et “témoigner” (martureô). Jean déclare en 1,34: “Et moi, j’ai vu et je témoigne que celui-ci est l’Élu de Dieu.” La Bible de Jérusalem traduit par “l’Élu de Dieu”, mais le texte grec est “ho huios theou” qui veut dire “le Fils de Dieu”. En 1,34, ce n’est pas le narrateur qui raconte le témoignage de Jean mais ce dernier l’affirme en tant que témoin oculaire: “J’ai vu et je témoigne que…” (1,34a).

      (8) La chose étrange est que Jean témoigne de Jésus mais par deux fois (1,31.33) Jean dit qu’il ne connaissait pas Jésus! La première se trouve en 1,31 où Jean déclare: “Et moi, je ne le (Jésus) connaissais pas; mais c’est pour qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptisant dans l’eau.” La deuxième fois, Jean dit en 1,33: “Et moi, je ne le (Jésus) connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint.” On peut interpréter ainsi cette apparente contradiction: Jean ne connaît pas Jésus mais il peut témoigner de lui parce que le contenu de son témoignage lui est révélé par Dieu. Jean affirme que Dieu est “Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit:…” (1,33b). Dans le prologue de l’Évangile, le narrateur relate en 1,6: “Il y eut un homme envoyé de Dieu. Son nom était Jean.”  Ainsi, Jean est bel et bien l’envoyé de Dieu pour témoigner de Jésus selon ce que Dieu a révélé à Jean.

En plus, Jean a raison de dire qu’il ne connaissait pas Jésus (1,31.33), c’est sa manière pour mettre en valeur l’identité et l’origine divines de Jésus. Jean est un être humain, comment peut-il connaître Jésus qui est “le Fils de Dieu” (1,34), “l’agneau de Dieu” (1,29a.36), “celui qui enlève le péché du monde” (1,29b)? Cependant, le témoignage de Jean ici est authentique et crédible, parce que Jean témoigne de Jésus au nom de Dieu qui l’a envoyé pour témoigner.

   3. Jean témoigne de Jésus en 3,31-36

Dans le dialogue entre Jean et ses disciples dans la péricope 3,26-30, ses disciples lui rappellent son témoignage. Ils lui disent en 3,26: “Rabbi, celui (Jésus) qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise et tous viennent à lui!” Pour répondre à ses disciples, Jean se compare à Jésus en trois choses: (1) Jean n’est pas le Christ, mais Jean est envoyé devant lui (3,28b). (2) Qui a l’épouse est l’époux, Jean est l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux (3,29a), (3) Selon Jean, “Il faut que lui (Jésus) grandisse et que moi je décroisse” (3,30).

Dans ce contexte de la section 3,26-36, la péricope 3,31-36 est le témoignage de Jean au sujet de Jésus. La péricope 3,31-36 a plusieurs détails qui sont parallèles avec le témoignage de Jésus dans la péricope 3,13-21, c’est pour cela que certains considèrent que la péricope 3,31-36 est la deuxième partie du témoignage de Jésus en 3,13-21. Cependant, dans l’état actuel du texte, le témoignage de Jésus en 3,13-21 est mis en parallèle avec le témoignage de Jean Baptiste en 3,31-36 et ces deux témoignages concernent la mission de Jésus dans la relation avec Dieu. En effet, en tant qu’envoyé de Dieu (1,6-7), Jean Baptiste a pleinement la compétence et l’autorité pour témoigner de Jésus selon les paroles en 3,31-36: “31 Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous; celui qui est de la terre est terrestre et parle en terrestre. Celui qui vient du ciel 32 témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et son témoignage, nul ne l’accueille. 33  Qui accueille son témoignage certifie que Dieu est véridique; 34  en effet, celui que Dieu a envoyé prononce les paroles de Dieu, car il ne mesure pas le don de l’Esprit. 35 Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. 36 Qui croit au Fils a la vie éternelle; qui résiste au Fils ne verra pas la vie; mais la colère de Dieu demeure sur lui.”

IV. Jésus rappelle le témoignage de Jean (5,33)

Dans le monologue de Jésus devant les Juifs en 5,19-47, Jésus parle de plusieurs témoignages dans le passage 5,31-39 où il rappelle le témoignage de Jean Baptiste dans le ch. 1 et ch. 3. Jésus dit de Jean aux Juifs en 5,33-36: “33 Vous avez envoyé trouver Jean et il a rendu témoignage à la vérité. 34 Quant à moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage; mais je dis cela pour que vous, vous soyez sauvés. 35 Celui-là était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. 36 Mais j’ai plus grand que le témoignage de Jean: en effet, les œuvres que le Père m’a donné à mener à bonne fin, les œuvres mêmes que je fais, témoignent à mon sujet que le Père m’envoie.

En 5,33, Jésus dit que “Jean a rendu témoignage à la vérité”. C’est la vérité sur Jésus et c’est aussi que la vérité est Jésus lui-même comme il le dit à Thomas en 14,6: “Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père sinon par moi.” En plus, la mission de Jésus est de rendre témoignage à la vérité comme il le dit à Pilate en 18,37: “Tu le dis: je suis roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix.” Quand Jésus dit que “Jean a rendu témoignage à la vérité” (5,33), il estime grandement le témoignage de Jean, en même temps, il révèle un témoignage plus grand que celui de Jean Baptiste: les œuvres que le Père lui a données à faire au cours de sa mission, ces œuvres témoignent que le Père a envoyé Jésus dans le monde (5,36) pour sauver le monde (3,16). Dans la péricope qui rapporte les témoignages (5,31-39), Jésus parle aussi de son témoignage, de celui du Père et de celui des Écritures. Ces témoignages seront analysés dans les autres articles.

V. Conclusion

Le témoignage de Jean Baptiste à lui-même et à Jésus est l’un des sujets importants dans l’Évangile de Jean. En ce qui concerne le nombre d’occurrences de ce thème dans l’Évangile, le témoignage de Jean (le nom “marturia”) apparaît en 2 occurrences (1,7.19) et l’action de “témoigner” de Jean (le verbe “martueô”) apparaît en 7 occurrences (1,7.8.15.32.34; 3,26; 5,33). Le nombre d’occurrences du thème du témoignage de Jean est en deuxième position par rapport au thème du témoignage de Jésus (6 fois le nom “marturia” en 3,11.32.33; 5,31; 8,13.14 et 10 fois le verbe “martueô” en 3,11.32; 4,44; 5,31; 7,7; 8,13.14.18a; 13,21; 18,37). Le témoignage de Jean est crédible et digne de confiance, parce qu’il s’appuie sur l‘autorité et la crédibilité de Dieu qui l’a envoyé pour témoigner à la lumière (1,6) qui est Jésus lui-même (8,12; 9,5). L’originalité du témoignage de Jean est qu’il témoigne de lui-même avant de témoigner de Jésus. Le thème du témoignage de Jean peut être résumé en deux sujets: (A) Jean témoigne de lui-même et (B) Jean témoigne de Jésus:

(A) Jean Baptiste témoigne de lui-même:
1. Jean n’est pas le Messie (1,20).
2. Il n’est pas Élie (1,21a).
3. Il n’est pas le prophète (1,21).
4. Il est “la voix de celui qui crie dans le désert” (1,23a).
5. Il “rende droit le chemin du Seigneur” (1,23b).
6. Il baptise dans l’eau (1,26.31.33a).
                               
(B) Jean témoigne de Jésus:
1. Jean témoigne de la lumière (1,7.8).
2. Il témoigne que Jésus vient derrière lui, mais passé devant lui, parce qu’avant lui Jésus était (1,15 // 1,27.30).
3. Il témoigne que Jésus est l’agneau de Dieu (1,29.36).
4. Il témoigne que Jésus enlève le péché du monde (1,29).
5. Il témoigne que l’Esprit descend du ciel et demeure sur Jésus (1,32).
6. Il témoigne que Jésus baptise dans l’Esprit Saint (1,33).
7. Il témoigne que Jésus est le Fils de Dieu (1,34).
8. Il témoigne sur l’origine et la mission de Jésus dans la péricope 3,31-36.

Le témoignage de Jean est une révélation importante sur l’origine et l’identité de Jésus selon la théologie de l’Évangile de Jean. Grâce au témoignage de Jean le lecteur sait qui est Jésus, d’où il vient et sa mission avant même de rencontrer Jésus et d’écouter son propre témoignage. L’Évangile de Jean souligne en particulier “le témoignage de Jésus et celui du Père” ainsi que “le témoignage du disciple que Jésus aimait”. Ces thèmes seront analysés dans les autres articles./.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire