22 mars 2018

Jn 14–16 : Les cinq dits du Paraclet



Email: josleminhthong@gmail.com
Le 22 mars 2018


Contenu

Introduction
I. Le contexte et la structure des cinq dits du Paraclet
     1. Le premier dit : 14,15-17
     2. Le deuxième dit : 14,25-26
     3. Le troisième dit : 15,26-27
     4. Le quatrième dit : 16,7-11
     5. Le cinquième dit : 16,12-15
     6. Vue d’ensemble des cinq dits
II. L’envoi et la venue du Paraclet
     1. Les deux conditions de la venue du Paraclet
     2. L’envoi du Paraclet
     3. La venue du Paraclet 
III. Les appellations du Paraclet
     1. Autre Paraclet (allos paraklètos)
     2. Le Paraclet (ho paraklètos)
     3. L’Esprit de vérité (to pneuma tès alètheias
     4. L’Esprit Saint (to pneuma to hagion)
Conclusion
     Bibliographie
  


Introduction

Dans les ch. 13–16, les disciples sont dans une situation de crise. Jésus les appelle à demeurer dans son amour (15,10), à garder son commandement de l’amour (15,12) et à devenir ses amis (15,13). Face à la haine et à la persécution, Jésus les invite à « haïr leur vie » (12,25). Comment peuvent-ils vivre ses appels ? Le rôle du Paraclet-Esprit est crucial puisqu’il permet aux disciples de comprendre la révélation de Jésus et de vivre ses appels. Dans cet article, nous étudions les cinq dits du Paraclet (14,15-17 ; 14,25-26 ; 15,26-27 ; 16,7-11 ; 16,12-15) en trois points : (I) le contexte et la structure des cinq dits, (II) l’envoi et la venue du Paraclet et (III) les appellations du Paraclet. Nous abordons la triple relation du Paraclet avec Jésus, avec le monde et avec les disciples dans un autre article.

I. Le contexte et la structure des cinq dits du Paraclet

Nous présentons quelques opinions sur la composition des cinq dits du Paraclet avant de proposer notre traduction et notre analyse. L’état actuel des cinq dits du Paraclet dans les ch. 14–16, leur place et leur contenu amènent plusieurs explications. Selon l’hypothèse de J. Lepsius, avant d’être découpé en cinq morceaux, il s’agissait d’un seul logion du Paraclet bien ordonné. La position plus nuancée de Hans Windisch et de J. Schneider estime que les dits du Paraclet ont été interpolés par l’évangéliste dans les ch. 14–16 et plus ou moins retouchés, (cf. les opinions des auteurs J. Lepsius ; H. Windisch et J. Schneider dans I. de La Potterie, La vérité, t. I, p. 339-340). Ces études sur l’histoire de la composition du texte s’appuient sur des hypothèses, car il n’y a pas de preuve d’un logion du Paraclet unifiant les cinq dits. I. de La Potterie, La vérité, t. I, p. 340-341, souligne la difficulté d’une telle recherche : « On peut discerner dans son texte [de Jean] des éléments plus archaïques ou primitifs, et d’autres de rédaction plus récente. Mais il n’est plus possible actuellement de reconstituer une source écrite qu’il aurait utilisée ; autrement dit, il faut renoncer à délimiter avec précision un état littéraire antérieur à celui de nos textes. »

En accord avec cette opinion, nous nous intéressons à l’état final des ch. 14–16. En tenant compte du caractère composite et du processus de la relecture, (cf. A. Dettwiler, « Le phénomène de la relecture », p. 185-200), nous examinons les cinq dits du Paraclet en six points : (1) le premier dit : 14,15-17, (2) le deuxième dit : 14,25-26, (3) le troisième  dit :  15,26-27, (4) le quatrième dit : 16,7-11, (5) le cinquième dit :  16,12-15, et (6) vue d’ensemble des cinq dits. Nous présentons notre traduction du texte grec de Nestle-Aland, Novum Testamentum Graece, 28e éd. (NTG-28th). Les autres citations sont de la Bible de Jérusalem, 2000.

     1. Le premier dit : 14,15-17

Le ch. 14 contient deux dits du Paraclet (14,15-17 ; 14,25-26). Le premier en 14,15-17 annonce une condition du don du Paraclet et l’inhabitation de ce dernier. Jésus dit aux disciples en 14,15-17 :

[15] Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements ;
[16a] et moi, je prierai le Père
[16b] et il vous donnera un autre Paraclet,  
[16c] pour qu’il soit avec vous à jamais,
[17a] l’Esprit de vérité, que le monde ne peut pas recevoir,
           parce qu’il ne le voit pas ni ne le reconnaît.
[17b] Vous, vous le connaissez,
            parce qu’il demeure auprès de vous et il sera en vous.
14,15-17 en grec :
[15] Ean agapate me, tas entolas tas emas tèrèsete
[16a] kagô erôtèsô ton patera
[16b] kai allon paraklèton dôsei humin,
[16c] hina meth’ humôn eis ton aiôna èi,
[17a] to pneuma tès alètheias, ho ho kosmos ou dunatai labein,
            hoti ou theôrei auto oude yinôskei.
[17b] humeis ginôskete auto,
           hoti par’ humin menei kai en humin estai.

Le premier dit (14,15-17) appartient à l’unité 14,15-24 dans laquelle « aimer Jésus » et « garder ses commandements » (14,15.21.23) sont les conditions pour bénéficier de l’inhabitation de trois personnes : l’autre Paraclet (14,16-17), Jésus et le Père (14,20.23). Cette promesse est faite dans le contexte de crise du groupe des disciples à la fois devant le départ de Jésus et face au monde hostile. Les v. 14,15-17 ont donc leur place dans le contexte du passage 14,15-24.

Le v. 14,16 est bien construit avec l’enchaînement des trois verbes : « erôtaô » (prier, intervenir), « didômi » (donner) et « eimi » (être) avec trois sujets : Jésus priera (v.16a), le Père donnera (v.16b), et l’autre Paraclet sera avec les disciples à jamais (v.16c). Le v. 14,17 commence par le titre « l’Esprit de vérité ». En 14,17a, le pronom personnel neutre en grec : « ho » rendu en français par « que », et le pronom personnel « auto » (le) désignent l’Esprit de vérité puisque « to pneuma » (l’esprit) est neutre. L’Esprit de vérité (v.17a) renvoie à l’autre Paraclet (allon paraklètos) au v.16b. Le v. 14,17 est construit sur l’opposition entre le monde et les disciples. La situation du monde (14,17a) est évoquée par la négation des trois verbes : « recevoir » (lambanô), « voir » (theôreô) et « reconnaître » (ginôskô). Par contre, du côté des disciples (14,17b), trois verbes sont à l’affirmatif : « connaître » (ginôskô), « demeurer » (menô) et « être » (eimi). La situation du monde et celle des disciples se suivent par une proposition explicative : « hoti » (parce que). La première (14,17a) donne la raison pour laquelle le monde est incapable de recevoir l’Esprit de vérité. La deuxième (14,17b) explique la connaissance des disciples. Le contraste entre les disciples et le monde est double : connaître ou ne pas connaître l’Esprit de vérité et être habité ou ne pas être habité par lui. La présence du Paraclet chez les disciples est mise en relief, d’une part, par trois prépositions : « meta » (avec), 14,16c, « para » (auprès) et « en » (en), 14,17b et, d’autre part, par deux verbes : « eimi » (être), 14,16c.17b, et « menô » (demeurer), 14,17b.

     2. Le deuxième dit : 14,25-26

Le deuxième dit (14,25-26) s’ouvre par le verbe « laleô » (parler) et se termine par le verbe « legô » (dire). Jésus révèle aux disciples en 14,25-26 :

[25a] Je vous ai parlé de cela
[25b] tandis que je demeurais près de vous.
[26a] Mais le Paraclet, l’Esprit Saint,
            que le Père enverra en mon nom,
[26b] celui-là, vous enseignera tout
[26c] et vous rappellera tout ce que [moi] je vous ai dit.
14,15-17 en grec :
[25a] Tauta lelalèka humin
[25b] para’ humin menôn.
[26a] ho de paraklètos, to pneuma to hagion,
           ho pempsei ho patèr en tôi onomati mou,
[26b] ekeinos humas didaxei panta
[26c] kai hupomnèsei humas panta ha eipon humin [egô].

En 14,26c, NTG-28th met le terme « egô » (moi) entre les crochets [ ] parce qu’il est omis dans les manuscrits importants : P75, א, A, D, Θ, Ψ, f1.13 etc., il est attesté dans les manuscrits B, L, 060, etc. (cf. l’apparat critique dans NTG-28th). Le deuxième dit appartient à l’unité 14,25-31 dans laquelle Jésus parle des sujets tels que : le Paraclet (v.26), la paix (v.27a), la peur et la crainte des disciples (v.27b), son départ (v.28a), l’amour des disciples (v.28b), l’arrivée du Prince de ce monde (v.30), l’amour de Jésus (v.31a) et l’ordre de partir (v.31b).

Le v. 14,25 est inclus dans le deuxième dit parce que, d’une part, la conjonction « de » (mais) en 14,26a lie à 14,25 et, d’autre part, l’expression : « Je vous ai parlé de cela » (tauta lelalèka humin) (14,25a) joue le rôle de transition. Cette parole renvoie à ce que Jésus a dit auparavant et introduit la fonction du Paraclet (14,26). Notons que la locution : « Je vous ai parlé de cela » qui revient sept fois dans les ch. 14–16 (14,25 ; 15,11 ; 16,1.4.6.25.33) souligne les paroles d’adieu du maître Jésus.

La première dénomination « ho paraklètos » (le Paraclet) avec l’article défini se trouve en 14,26a et elle s’identifie à « l’Esprit Saint » (to pneuma to hagion). Le pronom neutre grec « ho » rendu par « que » en 14,26a désigne « l’Esprit Saint » (« to pneuma » est un terme neutre). Le pronom masculin « ekeinos » (celui-là) en 14,26b remplace le masculin « ho paraklètos » (le Paraclet). Par le biais d’« ekeinos », le Paraclet est le sujet des verbes « enseigner » (didaskô) et « rappeler » (hupomimnèiskô) en 14,26bc. En 14,26a, la désignation « l’Esprit Saint » (une fois dans les cinq dits) joue le rôle d’apposition au Paraclet.

La fonction du Paraclet est encadrée par deux expressions de Jésus : « Je vous ai parlé (lelalèka) de cela » (14,25a) et « tout ce que je vous ai dit (eipon) » (14,26c). Le verbe « laleô » (parler) renvoie donc à « legô » (dire). La source de l’enseignement du Paraclet se trouve dans la révélation de Jésus. L’activité du Paraclet est placée dans le contexte de crise : son enseignement aide les disciples à recevoir la paix de Jésus et surmonter l’effroi (14,27).

     3. Le troisième dit : 15,26-27

Dans le troisième dit, le témoignage du Paraclet (15,26d) précède celui des disciples (15,27a). Nous analysons ces deux versets avant de les placer dans le contexte de la péricope 15,18–16,4a. Jésus dit aux disciples en 15,26-27 :

[26a] Lorsque viendra le Paraclet,
[26b] que je vous enverrai d’auprès du Père,
[26c] l’Esprit de vérité, qui vient d’auprès du Père,
[26d] celui-là témoignera au sujet de moi.
[27a] Mais vous aussi, vous témoignez,
[27b] parce que depuis le commencement vous êtes avec moi.
15,26-27 en grec :
[26a] Hotan elthèi ho paraklètos
[26b] hon egô pempsô humin para tou patros,
[26c] to pneuma tès alètheias ho para tou patros ekporeuetai,
[26d] ekeinos marturèsei peri emoi.
[27a] kai humeis de martureite,
[27b] hoti ap’ archès met’ emou este.

Le témoignage du Paraclet et celui des disciples vont ensemble. C’est pourquoi nous considérions les v. 26-27 comme le troisième dit du Paraclet. En 15,26, l’appellation « ho paraklètos » (le Paraclet), renvoie à « to pneuma tès alètheias » (l’Esprit de vérité) en 15,26c. Le pronom personnel masculin grec « hon » rendu en français par « que » en 15,26b désigne le Paraclet et le pronom neutre grec « ho » (qui) en 15,26c désigne l’Esprit de vérité. En 15,26d, le rôle de témoin est attribué au pronom masculin « ekeinos » (celui-là) qui renvoie au Paraclet et non à l’Esprit de vérité. Le v. 15,27 présente le témoignage des disciples avec une légère opposition à travers l’emploi de la conjonction « de » (mais) qui montre le lien entre le témoignage du Paraclet (15,26) et celui des disciples (15,27). (Cf. le point « IV.1. Le témoignage des disciples (15,27 » dans l’article : « Jn 15,18–16,4a : La haine du monde hostile. »

Quel est la place du témoignage (15,26-17) dans la péricope 15,18–16,4a ? I. de La Potterie, La vérité, t. I, p. 378, remarque : « Plusieurs auteurs déclarent que ces versets [15,26-27] sur le Paraclet n’ont aucun rapport avec ce qui les encadre, ni du point de vue de la forme, ni pour le sujet traité. » (Cf. les références des auteurs dans ibid., n. 141, p. 378). En réalité, le thème du témoignage a bien sa place dans la péricope 15,18–16,4a qui se structure en parallèle à pointe émergente (A, B, C, D, A’, B’, C’) : A. 15,18-20 : les disciples et le monde ; B. 15,21 : la méconnaissance des persécuteurs ; C. 15,22-25 : le monde, Jésus et le Père ; D. 15,26-27 : le témoignage du Paraclet et des disciples ; A’. 16,1-2 : les disciples et les persécuteurs ; B’. 16,3 : la méconnaissance des persécuteurs ; C’. 16,4a : l’heure des persécuteurs. (Cf. tableau de cette structure dans l’article : « La haine du monde hostile. »

Au milieu de la révélation de Jésus sur le rapport « disciples – monde » (15,18–16,4a) se trouve le thème du témoignage (15,26-27). Jésus prévient ses disciples qu’ils subiront la haine (15,18) et la persécution (15,20) de la part du monde à cause de son nom (15,21). Dans ce contexte, Jésus enverra le Paraclet pour qu’il témoigne en sa faveur devant les disciples. La parole de Jésus en 16,1 : « Je vous ai dit ces choses pour vous éviter le scandale » est liée à ce qui précède (15,26-27). Grâce au témoignage du Paraclet, les disciples peuvent témoigner et éviter le scandale. Le témoignage du Paraclet est avant tout destiné aux disciples. Il ne témoigne pas devant le monde hostile puisque ce dernier ne perçoit pas le Paraclet, ni le reconnaît (14,17a). Il y a trois particularités dans le troisième dit : (a) Jésus lui-même envoie le Paraclet, (b) l’Esprit de vérité vient d’auprès du Père et (c) le Paraclet témoigne au sujet de Jésus devant les disciples.

     4. Le quatrième dit : 16,7-11

Le quatrième (16,7-11) et le cinquième dit du Paraclet (16,12-15) se suivent. Nous présentons le contexte de ces deux dits avant d’analyser le quatrième dit. À la fin du cinquième dit (16,7-15), il y a un changement de thème. Le v. 16,15 conclut l’activité du Paraclet et le v. 16,16 s’ouvre sur un autre sujet. Jésus dit à ses disciples : « Encore un peu, et vous ne me verrez plus, et puis un peu encore, et vous me verrez » (16,16). L’envoi du Paraclet et ses activités en 16,7-15 se placent dans le contexte de crise interne et externe des disciples. La vie interne de la communauté des disciples présentée en 15,1-17 est en parallèle avec le cinquième dit du Paraclet (16,12-15). La crise externe de la communauté devant la haine et la persécution du monde en 15,18–16,4a est en parallèle avec le quatrième dit (16,7-11). Cf. la structure de 15,1–16,15 et celle de 16,4b-33 dans l’article : « Le contexte et la structure de Jn 13–16. »

Le quatrième dit (16,7-11) contient deux idées : (a) 16,7 : la condition de la venue du Paraclet, (b) 16,8-11 : établir la culpabilité du monde. Jésus dit aux disciples en 16,7-11 :

[7a] Cependant moi, je vous dis la vérité :
[7b] c’est votre intérêt que moi, je parte ;
[7c] car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ;
         mais si je pars, je vous l’enverrai. 
[8a] Et celui-là, une fois venu, il établira la culpabilité du monde
[8b] en matière de péché, en matière de justice
         et en matière de jugement 
[9] en matière de péché : ils ne croient pas en moi ;
[10a] en matière de justice : je vais vers le Père
[10b] et que vous ne me voyez plus ; 
[11] en matière de jugement : le Prince de ce monde est jugé.
16,7-11 en grec :
[7a] alla’ egô tèn alètheian legô humin
[7b] sumpherei humin hina egô apelthô.
[7c] ean gar mè apelthô, ho paraklètos ouk eleusetai pros humas.
        ean de poreuthô, pempsô auton pros humas.
[8a] kai elthôn ekeinos elegxei ton kosmon
[8b] peri hamartias kai peri dikaiosunès
         kai peri kriseôs.
[9] peri hamartias men, hoti ou pisteuosin eis eme.
[10a] peri dikaiosunès de, hoti pros ton patera hupagô
[10b] kai ouketi theôreite me.
[11] peri de kriseôs, hoti ho archôn tou kosmou toutou kekritai.

La conjonction grecque « alla » (16,7a) rendue en français par « cependant » en renvoie à 16,6 : « Mais parce que je vous ai dit cela, la tristesse remplit vos cœurs », dit Jésus aux disciples. Devant la tristesse à cause du départ de Jésus (16,5), ce dernier annonce solennellement la quatrième sentence sur le Paraclet : « Cependant moi, je vous dis la vérité :… » (16,7a). L’activité du Paraclet d’« établir la culpabilité du monde » (16,8a) doit être interprétée dans le contexte du procès entre Jésus et le monde hostile. L’identité de ce monde est présentée dans les ch. 14–17. C’est le monde qui persécute Jésus et ses disciples (cf. 15,18–16,4a). Les trois thèmes : péché, justice et jugement (16,8b) sont expliqués point par point dans les v. 16,9.10.11. La conjonction de subordination grecque « hoti » en 16,9.10.11 a le sens explicatif et non causal (parce que). Nous traduisons ce terme par deux points, par exemple : « En matière de péché : ils ne croient pas en moi » (16,9). Cf. cette traduction dans X. Léon-Dufour, Lecture, t. III, p. 226 ; TOB, 1 12e éd.).

     5. Le cinquième dit : 16,12-15

Jésus continue à révéler aux disciples en 16,12-15 :

[12a] J’ai encore beaucoup à vous dire,
[12b] mais vous ne pouvez pas le porter à présent. 
[13a] Mais quand il viendra celui-là, l’Esprit de vérité,
[13b] il vous guidera dans la vérité tout entière,
[13c] car il ne parlera pas de lui-même,
           mais ce qu’il entendra, il le parlera
[13d] et les choses à venir, il vous annoncera. 
[14a] Celui-là me glorifiera,
[14b] car c’est de mon bien qu’il recevra et il vous l’annoncera. 
[15a] Tout ce qu’a le Père est à moi.
[15b] Voilà pourquoi j’ai dit que
            c’est de mon bien qu’il reçoit et qu’il vous l’annoncera.
16,12-15 en grec :
[12a] Eti polla echô humin legein,
[12b] all’ ou dunasthe bastazein arti.
[13a] hotan de elthèi ekeinos, to pneuma tès alètheias,
[13b] hodègèsei humas en tèi alètheiai pasèi.
[13c] ou gar lalèsei aph’ heautou,
           alla’ hosa akousei lalèsei
[13d] kai ta erchomena anaggelei humin.
[14a] ekeinos eme doxasei,
[14b] hoti ek tou emou lèmpsetai kai anaggelei humin.
[15a] panta hosa echei ho patèr ema estin.
[15b] dia touto eipon hoti
           ek tou emoi lambanei kai anaggelei humin.

Le cinquième dit (16,12-15) se structure en trois thèmes : (a) l’introduction (v.12), (b) le Paraclet et les disciples (v.13), (c) le Paraclet et Jésus (v.14-15). La situation des disciples (v.12) et la venue du Paraclet (v.13a) font référence à deux moments distincts : le présent où Jésus parle, et l’avenir où sera envoyé le Paraclet. Ces deux temps se succèdent. Le fait que les disciples ne peuvent pas porter à présent les paroles de Jésus renvoie à leur tristesse (16,6). Dans cette situation, Jésus révèle le rôle du Paraclet après son départ avec quatre verbes : « hodègeô » (guider) », « akouô » (entendre), « laleô » (parler) et « anaggellô » (annoncer) » (16,13).

En 16,14, le Paraclet glorifiera Jésus et il recevra ce qui est à Jésus pour l’annoncer aux disciples. Le rôle du Paraclet auprès des disciples est donc inséparable de celui de Jésus. Les v. 16,14b-15 sont construits en chiasme : A. 16,14b, B. 16,15a, A’. 16,15b. En 16,15b (A’), Jésus reprend ce qu’il a dit en 16,14b (A). Le verbe « recevoir » (lambanô) en 16,14a est au futur de l’indicatif : « lèmpsetai » (il recevra), puis en 16,15b ce verbe est au présent : « lambanei » (il reçoit). Jésus déclare ainsi sans ambiguïté que la source de la mission du Paraclet vient de lui. Le centre (B. 16,15a) du chiasme signale que le fondement de la révélation est dans le Père : « Tout ce qu’a le Père est à moi » (16,15a), dit Jésus. L’unicité d’action se manifeste, d’une part, entre Jésus et le Père et, d’autre part, entre Jésus et le Paraclet. Notons que les quatre personnages sont présents en 16,14-15 : le Père, Jésus (« moi, je »), le Paraclet (« il »), les disciples (« vous ») exprimant trois relations : « le Paraclet – Jésus » et « le Paraclet – les disciples » et « Jésus – le Père ».

     6. Vue d’ensemble des cinq dits

Concernant la vue d’ensemble les cinq dits du Paraclet, nous présentons d’abord la structure des cinq dits, ensuite les points communs et enfin la particularité de chaque dit.

Le premier dit joue le rôle d’introduction pour les quatre autres qui se structurent en chiasme (A, B, B’, A’) :


Le premier dit (14,15-17) joue le rôle d’introduction en présentant les acteurs (Jésus, le Père, le Paraclet, les disciples, le monde). Le thème de la demeure indique le lieu où le Paraclet exerce sa fonction : chez les disciples. L’activité du Paraclet s’exerce sur les disciples dans le deuxième (A. 14,25-26) et cinquième dit (A’. 16,12-15) et concerne le monde dans le troisième (B’. 15,26-27) et quatrième dit (B’. 16,7-11). Le témoignage du Paraclet (15,26-27) doit être compris dans le contexte du conflit avec le monde hostile (cf. 15,18–16,4a). Dans l’ensemble, le Paraclet exerce sa fonction auprès des disciples, il n’entre pas en relation avec le monde parce que ce dernier ne le voit pas ni le reconnaît (14,17).


Les dits du Paraclet ont des points communs, en même temps chacun d’eux a sa particularité. Pour les points communs, le terme « paraklètos » (Paraclet) est mentionné dans les cinq dits, à deux nuances près : (a) il s’agit d’« autre Paraclet » dans le premier dit ; (b) le pronom « ekeinos » (celui-là) en 16,13a.14a dans le cinquième dit renvoie au Paraclet en 16,7. Le terme « to pneuma » (l’Esprit) existant dans quatre dits (sauf le quatrième) se rapporte aux appellations : l’Esprit de vérité (14,17 ; 15,26 ; 16,13) et l’Esprit Saint (14,26).

La contribution de chaque dit concerne les activités du Paraclet. Il demeurera à jamais auprès des disciples (1er dit), enseignera et rappellera tout ce que Jésus a dit (2e dit), témoignera en faveur de Jésus devant les disciples et dans leur cœur (3e dit), établira la culpabilité du monde (4e dit), guidera les disciples dans la vérité toute entière, leur annoncera les choses à venir et glorifiera Jésus (5e dit). Ses activités sont donc inséparables de la révélation de Jésus.

II. L’envoi et la venue du Paraclet

Les thèmes de l’envoi et de la venue du Paraclet sont ainsi présentés dans les cinq dits : Jésus priera le Père, le Père donnera un autre Paraclet (14,16, 1er dit) ; le Père enverra le Paraclet au nom de Jésus (14,26a, 2è dit) ; Jésus enverra le Paraclet d’auprès du Père et il viendra (15,26, 3è dit) ; Jésus enverra le Paraclet, celui-là viendra (16,7c.8a, 4è dit) ; celui-là viendra (16,13a, 5è dit). Ces sujets sont traités en trois points : (1) les deux conditions de la venue du Paraclet, (2) son envoi et (3) sa venue.

     1. Les deux conditions de la venue du Paraclet

Les deux conditions de la venue du Paraclet concernent à la fois les disciples et Jésus. Pour les disciples, s’ils aiment Jésus et gardent ses commandements (cf. 14,15), Jésus priera le Père pour qu’il donne le Paraclet (cf. 14,16). L’opposition entre le monde et les disciples (14,17) souligne cette condition. Le monde n’aime pas Jésus, il ne garde pas ses commandements, il ne peut donc pas recevoir l’Esprit de vérité. Cette première condition, qui est un leitmotiv de l’unité littéraire 14,15-24 (cf. 14,15.21.23), est indispensable pour l’inhabitation du Paraclet (14,16-17), de Jésus (14,20) et du Père (14,23).

Pour Jésus, il faut qu’il retourne vers le Père comme il le dit aux disciples en 16,7bc : « C’est votre intérêt que moi, je parte ; car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. » Ce départ présage sa mort sur la croix. Pourquoi Jésus parle de sa mort en utilisant l’expression « aller vers celui qui l’a envoyé » (16,5a) et pourquoi son départ est-il un avantage pour les disciples (16,7a) ? L’expression « aller vers le Père » (14,12c) est une affirmation théologique de la mort. Du point de vue historique, Jésus est condamné à mort par ses adversaires. Cette mort place les disciples dans une situation de trouble et de tristesse. Cependant du point de vue de la révélation, par sa mort sur la croix, Jésus va vers le Père, il est exalté et glorifié. Cette lecture théologique permet de comprendre que le départ de Jésus est un gain pour les disciples. Il a vaincu le monde, il est avec le Père et il enverra le Paraclet (15,26b). X. Léon-Dufour, Lecture, t. III, p. 223-224, remarque : « Si le départ de Jésus est nécessaire, ce n’est pas pour quelque efficacité rédemptrice ni dans une perspective sacrificielle. Ici [16,7], c’est en vue du don du Paraclet, conformément à l’annonce de 7,37-39 sur l’Esprit que recevront les croyants lorsque Jésus aura été glorifié. »

     2. L’envoi du Paraclet

L’envoi du Paraclet est exprimé par le verbe « didômi » (donner) dans le premier dit et « pempô » (envoyer) dans les deuxième, troisième et quatrième dits. Dans le premier dit, Jésus priera le Père et ce dernier donnera (dôsei) un autre Paraclet (14,16ab). Le verbe « didômi » ici renvoie à la fois au v. 3,16a : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné (edôken) son Fils, l’Unique-Engendré », et au v. 17,24a : « Père, ceux que tu m’as donnés (ho dedôkas), je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi », dit Jésus à son Père. Ces trois occurrences de « didômi » en 3,16 ; 14,16 ; 17,24 (soixante-seize fois dans l’Évangile) parlent du don du Père : il a donné son Fils au monde (3,16a) ; les disciples sont le don du Père à Jésus (17,24a) et le Père donnera le Paraclet (14,16b). Le verbe « didômi » est à l’aoriste en 3,16a : « edôken » et au futur en 14,16b : « dôsei ». Ainsi, un premier don a été fait dans le passé, un autre don le sera dans l’avenir. Jésus et le Paraclet sont donnés et envoyés par le Père mais en deux étapes successives. Le Père est donc l’acteur principal de la théologie johannique.

Le verbe « pempô » (envoyer) est employé dans le deuxième dit : le Père enverra (pempsei) le Paraclet au nom de Jésus (cf. 14,16a). Dans le troisième et le quatrième dit, le sujet du verbe « pempô » change. C’est Jésus qui envoie le Paraclet (cf. 15,26b ; 16,7c). Pourquoi ce changement ? Notons que les ch. 15–16 contiennent des indices de la relecture des ch. 13–14. Le Jésus qui s’adresse aux disciples en Jn 15–16 avant Pâques est aussi le Jésus glorifié s’adressant à la communauté après Pâques. Dans cette perspective, Jésus enverra le Paraclet quand il sera auprès du Père (15,26b). L’envoi du Paraclet par Jésus (15,26b ; 16,7c) et aussi par le Père (14,26a) n’est pas contradictoire. Au contraire, ce double sujet de l’envoi exprime la théologie de l’Évangile. Si le Père et Jésus sont Un (10,30 ; 17,22), le Père a donné au Fils le pouvoir sur toute chair (17,2) et tout ce qu’a le Père est à Jésus (16,15) ; l’envoi du Paraclet par le Père et par Jésus manifeste leur communion et l’unicité de leur action.

     3. La venue du Paraclet 

La venue du Paraclet est présentée par les verbes de mouvement : « erchomai » (venir) et « ekporeuomai » (venir de). Dans les cinq dits, le verbe « erchomai » se trouve deux fois au subjonctif de l’aoriste grec « elthèi » (15,26a ; 16,13a) rendu en français par un futur « il viendra » et une fois au participe de l’aoriste « elthôn » (16,8a). Le verbe « ekporeuomai », une fois en 15,26c, est au présent de l’indicatif « ekporeuetai ».

Pour exprimer la destination et la provenance, l’Évangile emploie deux couples de verbes : (1) « erchomai » (venir), 157 fois, et « ex-erchomai » (sortir de), 30 fois ; (2) « poreuomai » (aller), 16 fois, et « ek-poreuomai » (sortir, venir de), 2 fois. Jésus emploie le verbe « poreuomai » (aller) pour parler de son départ vers le Père : « Je vais (poreuomai) au Père ». Cette phrase souvent répétée comme un leitmotiv se trouve dans les ch. 14–16 (cf. 14,12.28 ; 16,28, cf. 14,2.3 ; 16,7). Jésus utilise aussi le verbe « hupagô » (aller), 32 fois, quand il dit aux disciples en 13,33c : « Où je vais (hupagô), vous ne pouvez venir (elthein). »

Avec le préfix « ek », le verbe « ekporeuomai » (15,26b) montre que le sens du mouvement de l’Esprit de vérité est inversé par rapport à celui de Jésus : « aller (poreuomai) vers le Père ». Le verbe « ekporeuomai » décrit la provenance, l’origine, le point du départ de l’Esprit de vérité. L’expression « d’auprès du Père » (para tou patros), deux fois en 15,26bc, désigne l’envoi et la provenance du Paraclet. Le verbe « pempsô » (envoyer) en 15,26b précède le verbe « ekporeuetai » (venir de) en 15,26c. D’auprès du Père, Jésus enverra le Paraclet, et d’auprès du Père, l’Esprit de vérité viendra. Le verbe « ekporeuomai » désigne donc la provenance de l’Esprit (d’auprès du Père) et le verbe « erchomai » désigne sa destination (auprès des disciples).

Comme le Paraclet, l’origine de Jésus est d’auprès du Père, mais Jésus emploie le verbe « exerchomai » (cf. 13,3 ; 8,42 ; 16,27.28.30 ; 17,8). Il dit aux disciples en 16,28 : « Je suis sorti (exèlthon) d’auprès du Père et venu (elèlutha) dans le monde. À présent je quitte le monde et je vais (poreuomai) vers le Père. » Il existe donc un parallèle entre « exerchomai » (sortir de) et « ekporeuomai » (venir de). Jésus et l’Esprit de vérité ont la même origine.

Pourquoi le verbe « ekporeuomai » en 15,26c est-il au présent de l’indicatif « ekporeuetai » tandis que les verbes qui l’entourent sont au futur : « enverrai » (v.26b), « témoignera » (v.26d) ? Dans la construction de 15,26, les verbes au futur (v.26bd) annoncent la venue du Paraclet dans l’avenir. Tandis que le présent du verbe « ekporeuomai » est une précision de la phrase qui précède : « je vous enverrai [le Paraclet] d’auprès du Père » (v.26b). Ce temps du présent en 15,26c exprime donc une réalité intemporelle.

Notons que le verbe « ekporeuomai » en 15,26c est l’objet d’un débat sur le statut de l’Esprit. Ce verbe désigne-t-il sa venue d’auprès du Père ou la procession de l’Esprit Saint ? La TOB, 12e, rend ce verbe par « procéder » : « l’Esprit de vérité qui procède du Père » (15,16c). Certains auteurs interprètent ce verbe dans le sens d’une procession éternelle, (cf. I. de La Potterie, La vérité, t. I, p. 388). Nous ne nous engageons pas dans ce débat trinitaire au 4e siècle. Selon le contexte de 15,26, ce verbe décrit la provenance de l’Esprit.

III. Les appellations du Paraclet

Nous examinons les quatre appellations dans les cinq dits : (1) autre Paraclet (une fois : 14,16b), (2) le Paraclet (trois fois : 14,26a ; 15,26a ; 16,7c), (3) l’Esprit de vérité (trois fois : 14,17a ; 15,26c ; 16,13a) et (4) l’Esprit Saint (une fois : 14,26a).

     1. Autre Paraclet (allos paraklètos)

L’appellation « autre Paraclet » (14,16b) fait à la fois référence au « Paraclet-Jésus » dans l’Évangile et s’identifie au « Paraclet-Esprit » dans d’autres dits.
À première vue « autre Paraclet » en 14,16 renvoie au rôle de Jésus en 1Jn 2,1 comme l’auteur de l’épître écrit : « Petits enfants, je vous écris ceci pour que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu’un vient à pécher, nous avons comme avocat (paraklèton) auprès du Père Jésus Christ, le Juste. » Littéralement : « Nous avons un Paraclet auprès du Père, Jésus Christ, le Juste » (1Jn 2,1c). Ici « paraklètos » désigne la fonction de Jésus Christ auprès du Père.

Ce rapprochement entre Jn 14,16 et 1Jn 2,1 est discutable en raison de deux différences : (1) dans l’Évangile, Jésus n’est pas encore auprès du Père et la fonction de l’autre Paraclet est auprès des disciples et non pas auprès du Père dans le ciel. (2) Le rôle du Paraclet Jésus Christ en 1Jn 2,1 concerne le péché des croyants, tandis que l’Évangile ne parle pas du péché des croyants mais du péché des gens qui ne croient pas en Jésus (cf. Jn 8,24). Le sens du terme « péché » est alors différent entre l’Évangile et la première épître. La mission du Paraclet dans l’Évangile vise à renforcer la foi et non à intercéder pour les pécheurs. En raison de ces différences, le parallèle entre autre Paraclet (Jn 14,16) et Paraclet Jésus Christ (1Jn 2,1) est lointain. Pour nous, la dénomination « autre Paraclet » fait implicitement allusion à « Jésus-Paraclet » dans l’Évangile puisque le Paraclet-Esprit a plusieurs points communs avec Jésus : demeurer auprès des disciples, enseigner, glorifier, etc. Cette interprétation confirme la continuité et l’unicité de la révélation de Jésus dans les activités du Paraclet.

Ensuite, il y a une identification entre « autre Paraclet » et « le Paraclet ». Dans le premier dit, l’autre Paraclet est l’Esprit de vérité (14,17a). Dans le troisième dit, le Paraclet (15,26a) est aussi l’Esprit de vérité (15,26c). Il en est de même dans le cinquième dit : en 16,13, l’Esprit de vérité est mis en apposition à « ekeinos » (celui-là). Ce pronom masculin renvoie au Paraclet en 16,7c.

     2. Le Paraclet (ho paraklètos)

L’appellation « le Paraclet » est traitée en trois points : (1) les termes relatifs au Paraclet, (2) le sens de « paraklètos » dans la littérature grecque et dans l’Évangile, (3) le pronom « ekeinos » (celui-là) désignant le Paraclet.

(1) Le terme « paraklètos » (paraclet) se trouve quatre fois dans l’Évangile (14,16.26 ; 15,26 ; 16,7) et une fois dans la première épître de Jean (1Jn 2,1). En dehors de ces occurrences, ce terme est absent dans les autres textes de la Bible. L’Évangile et trois épîtres de Jean n’emploient pas le verbe « parakaleô » (consoler, réconforter, etc.) et le substantif « paraklèsis » (exhortation). Le verbe « parakaleô » a plusieurs sens : « consoler » (Mt 2,18 ; Ac 20,12, etc.), « encourager » (Ac 11,23 ; 2Co 2,7), « supplier » (Mt 8,5 ; Mc 1,40), « exhorter » (Lc 3,18 ; Ac 2,40), « faire appel à » (Mt 26,53). Le substantif « paraklèsis » a le sens d’exhortation (1Co 14,3).

(2) Le mot « paraklètos » est dérivé du verbe « para-kateô » signifiant « appeler auprès de », « au côté de ». Dans la littérature grecque, le paraclet désigne un avocat, un défenseur. Philon d’Alexandrie, In Flaccum, 22, écrit : « Rien de favorable à attendre pour toi de celui qui est au pouvoir. Il nous faut donc trouver un défenseur (paraklèton) tout-puissant pour te rendre Caius [l’empereur Caligula] propice. » (Texte grec traduit par A. Pelletier). M. Gourgues, En Esprit, p. 284, définit : « Le Paraclet désigne donc quelqu’un qui, par ses conseils, sa présence, son témoignage, se porte à la défense de quelqu’un d’autre dans le besoin ; quelqu’un qui, littéralement, se tient auprès d’un autre pour l’assister. » En général le paraclet intervient dans le cadre d’un procès. I. de La Poterie, La vérité, t. I, p. 332, remarque : « Aussi bien dans les textes classiques et hellénistiques que dans les écrits rabbiniques, le terme [paraclet] nous met toujours dans un contexte plus ou moins juridique : “un paraclet” est celui qui vient en aide à quelqu’un, d’ordinaire un inculpé, en se présentant comme son avocat, comme son défenseur ou son intercesseur. »

Dans l’Évangile de Jean, l’arrière-fond juridique existe dans le fait que le Paraclet témoignera en faveur de Jésus (15,26d) et établira la culpabilité du monde (16,8a). Cependant le Paraclet johannique n’entre pas en relation directe avec les accusateurs, puisque le monde ne le connaît ni ne le voit (14,17a). Le Paraclet exerce sa fonction seulement auprès des disciples. Il révèle aux disciples (et non au monde) que le monde est péché (16,9) et que le Prince de ce monde est jugé (16,11). Le rôle du Paraclet johannique est différent de celui d’un avocat, d’un défenseur. R.E. Brown, « The Paraclete », p. 118, écrit : « L'usage chrétien a donné une connotation particulière et un statut à paraklètos – une connotation pas entièrement indépendante avec des concepts hébraïques et avec le sens du grec profane du terme, mais une connotation qui est tout de même unique. » Le Paraclet johannique a des caractéristiques propres. Certains auteurs ont proposé de traduire le terme « ho paraklètos » dans l’Évangile par « le Consolateur » (Louis Segond, 1910) ; « le défenseur » (M. Girard, Évangile, vol. 2, 2017). Cependant, aucune de ces traductions ne peut exprimer toutes les fonctions du Paraclet johannique. Nous utilisons la transcription « le Paraclet » comme l’ont fait plusieurs traducteurs : OSTY, 1973 ; É. Delebecque, Évangile de Jean, 1987 ; Jeanne d’Arc, Évangile selon Jean, 1990 ; Y. Simoens, Selon Jean, 1, 1997 ; BiJér, 2000 ; TOB, 12e éd., 2011, etc.

(3) Quant à l’auteur des actes, on se demande si le Paraclet ou l’Esprit exerce-t-il les fonctions dans les dits ? M. Gourgues, En Esprit, p. 255-256, interprète : « Les deux dernières attestations [16,7-11 ; 16,12-15], en distinguant les rôles exercés par l’Esprit en tant que Paraclet et en tant qu’Esprit de vérité, viennent préciser les attestations antérieures. Elle fait comprendre que les rôles décrits s’y rapportaient respectivement à l’Esprit en tant qu’Esprit de vérité [14,26] et en tant que Paraclet [15,26]. » L’auteur attribue les fonctions dans les dits à l’Esprit « en tant que Paraclet » ou « en tant qu’Esprit de vérité ». Quant à J. Calloud et F. Genuyt, Le discours, p. 79, l’Esprit de vérité est le sujet d’action en 16,13-15 : « La dénonciation par le “Paraclet”, de caractère négatif [16,8-11], sera suivie par une attestation positive par l’Esprit de vérité [16,13-15]. »

Nous sommes en désaccord avec ces interprétations en raison de l’usage du pronom masculin « ekeinos » (celui-là) désignant le Paraclet. En effet, dans les cinq dits, les pronoms neutres grecs : « ho » (rendu par « que », « qui ») en 14,17a.26a ; 15,26c) et « auto » (le) en 14,17a.17b renvoient à l’Esprit de vérité puisque « to pneuma » (l’esprit) est neutre. Tandis que les pronoms masculins désignant « le Paraclet » sont « ekeinos » (celui-là) en 14,26b ; 15,26d ; 16,8a.13a.14a ; « auton » (le) en 16,7c ; « heautou » (lui-même) en 16,13c. En 14,26, « ekeinos » (celui-là) est le sujet des verbes « enseigner » et « rappeler ». En 15,26, « ekeinos » est le sujet du verbe « témoigner ». Dans le cinquième dit (16,12-15), l’appellation « le Paraclet » ne figure pas, mais deux occurrences du pronom « ekeinos » (celui-là) en 16,13a.14a renvoient au Paraclet en 16,7c. Ainsi « ekeinos », désignant le Paraclet, est le sujet des verbes : « guider », « écouter », « parler », « recevoir » et « annoncer » en 16,13-15. « L’Esprit Saint » en 14,26a joue le rôle d’apposition au nom « Paraclet ». « L’Esprit de vérité » en 16,13a est l’apposition du pronom « celui-là » (ekeinos). En tant que sujet des verbes d’actions, le Paraclet est personnalisé comme S.S. Smalley, “Pneumatology”, p. 293, le remarque : « L’Esprit-Paraclet… dans l’Évangile de Jean est compris, en effet, comme personnel, comme une personne. » Le Paraclet exerce trois fonctions auprès des disciples : accompagnateur (être avec et guider), didactique (enseigner, rappeler, annoncer) et juridique (témoigner, établir la culpabilité du monde).

     3. L’Esprit de vérité (to pneuma tès alètheias) 

L’appellation « l’Esprit de vérité » est employée dans les textes du Qumrân et la première épître de Jean. Nous étudions ces documents dans une autre étude. Ici, notre analyse, qui vise à éclairer le titre « l’Esprit de vérité » dans l’Évangile, se fait en trois points : (1) les termes relatifs à la vérité et l’emploi du génitif « tès alètheias » (de vérité), (2) les quatre aspects de la vérité selon la théologie johannique, (3) la place de l’Esprit de vérité dans les dits du Paraclet.

(1) L’Évangile emploie quatre termes relatifs à la vérité : le substantif « hè alètheia » (la vérité, 25 fois), l’adjectif « alèthès » (vrai, réel, 14 fois) ; l’adjectif « alèthinos » (véridique, véritable, 9 fois) et l’adverbe « alèthôs » (vraiment, véritablement, 7 fois). Il y a cinq occurrences du génitif « tès alètheias » (de vérité) dont trois dans le titre « l’Esprit de vérité » (14,17 ; 15,26 ; 16,13), une dans l’expression « plein de grâce et de vérité » (1,14c) et une dans celle d’« être de la vérité » (18,37). Ces emplois du génitif renvoient à trois relations avec la vérité : (a) Jésus est plein de grâce et de vérité (1,14c) ; (b) le Paraclet est l’Esprit de vérité ; (c) les croyants sont de la vérité (18,37).

(2) La vérité dans l’Évangile contient quatre aspects : (2a) elle s’oppose au mensonge, (2b) désigne l’appartenance, (2c) renvoie à la révélation de Jésus, et (2d) est identifié à Jésus.

(2a) Le premier aspect est la vérité qui s’oppose au mensonge. Jésus dit aux Juifs en 8,44 : « Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité (en tèi alètheiai), parce qu’il n’y a pas de vérité (alètheia) en lui : quand il profère le mensonge (to pseudos), il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur (pseustès) et père du mensonge. » Les caractéristiques du diable sont le mensonge et ne pas avoir la vérité en lui. Tandis que Jésus dit la vérité : « Mais parce que je dis la vérité (tèn alètheian), vous ne me croyez pas » (8,45), dit-il aux Juifs. L’opposition entre la vérité et le mensonge conduit à l’antagonisme de l’appartenance.

(2b) Le deuxième aspect de la vérité est l’appartenance. Il existe un parallèle entre « être de Dieu » (8,47) et être « de la vérité » (18,37). L’écoute de la parole de Jésus n’est possible que si on est de Dieu. Jésus le dit aux Juifs en 8,47 : « Qui est de Dieu (ek tou theou) entend les paroles de Dieu ; si vous n’entendez pas, c’est que vous n’êtes pas de Dieu (ek tou theou). » En 18,37d, Jésus dit à Pilate : « Quiconque est de la vérité (ek tès alètheias) écoute ma voix. » Ainsi « être du diable (ek tou diabolou) » (8,44a) s’oppose à « être de Dieu », à « être de la vérité ». Les Juifs sont du diable (8,44a) puisqu’ils cherchent à faire mourir Jésus (8,37.40). De ce fait, ils ne sont pas de la vérité. L’appartenance se manifeste dans l’agir : « faire la vérité » (3,21a) ou « commettre le mal » (3,20a). « Être de la vérité » est donc la condition pour accueillir la révélation de Jésus.

(2c) Pour le troisième aspect, la vérité désigne le contenu de la révélation de Jésus. D’une part, la parole du Père est la vérité. Jésus lui dit en 17,17 : « Sanctifie-les [les disciples] dans la vérité (en tèi alètheiai) : ta parole est vérité (alètheia). » D’autre part, Jésus ne dit rien de lui-même comme il le déclare en 12,49 : « Car ce n’est pas de moi-même que j’ai parlé (elalèsa), mais le Père qui m’a envoyé m’a lui-même commandé que dire (eipô) et de quoi parler (lalèsô). » En 14,24b, Jésus dit aux disciples : « La parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. » Il est descendu du ciel pour faire, non pas sa propre volonté mais la volonté de celui qui l’a envoyé (cf. 6,38). Ainsi ce que Jésus a dit et parlé est la parole du Père laquelle est vérité.

Le lien entre la vérité et la révélation est affirmé dans l’expression « la grâce et la vérité » en 1,14.17. Ces deux versets décrivent deux aspects de la révélation : Jésus est « plein de grâce et de vérité » (1,14d) et « la grâce et la vérité advinrent par l’entremise de Jésus Christ » (1,17b). M. Gourgues, En Esprit, p. 276, interprète : « “La vérité” chez Jean, cela ne désigne rien d’autre que la révélation, ou, selon les mots mêmes de l’évangile, la parole de Dieu transmise par Jésus. » Dans cette perspective, Jésus fait connaître le Père (1,18b) tout au long de l’Évangile. Le fait que la parole du Père est la vérité et que Jésus transmet la grâce et la vérité aux hommes, de ce fait la révélation de Jésus en acte et en parole est la vérité.

(2d) Le quatrième aspect est l’identification entre Jésus et la vérité. Quand Thomas demande à Jésus en 14,5 : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? » Jésus lui répond en 14,6-7 : « 6 Moi, je suis le chemin, la vérité (hè alètheia) et la vie. Nul ne vient au Père sinon par moi. 7 Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père ; dès à présent vous le connaissez et vous l’avez vu. » Thomas voudrait savoir la destination de Jésus pour connaître le chemin. La réponse concerne le chemin et la connaissance. Le chemin qui mène vers le Père est Jésus lui-même. De ce fait, connaître le chemin équivaut à connaître Jésus et connaître le Père. Pour révéler son identité, Jésus s’identifie à plusieurs choses : il est le pain de vie (6,35), la lumière (8,12 ; 9,5), la porte (10,7.9), le bon berger (10,10), etc. En 14,6, Jésus est la vérité puisque que le terme « ho logos » désigne à la fois Jésus, « le Verbe » (1,1) et « la parole » du Père laquelle est la vérité (17,17b). I. de La Potterie, La vérité, t. I, p. 462, remarque : « La “vérité” révélée par Jésus a une tendance manifeste à se confondre avec sa propre personne : la révélation qu’il apporte est essentiellement la manifestation de ce qu’il est lui-même ; et par là, elle est la révélation du Père. »

La vérité en 14,6 doit être lue avec 8,31b-32 où Jésus dit aux Juifs : « 31b Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples 32 et vous connaîtrez la vérité (tèn alètheian) et la vérité (hè alètheia) vous libérera. » La vérité dans ce verset renvoie à la fois à la parole de Jésus et à lui-même. En effet, demeurer dans sa parole permet de connaître la vérité et d’être libéré par la vérité. Dans l’Évangile, ce en quoi il faut demeurer, c’est la parole de Jésus (8,31b), son amour (15,9-10) et lui-même (15,4). Dans cette perspective, la vérité en 8,32 désigne Jésus puisqu’elle est l’objet du verbe « connaître » (cf. 14,7) et le sujet du verbe « libérer ». En 8,36, le Fils est le sujet de ce verbe quand il dit aux Juifs : « Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres. » Par l’intermédiaire du verbe « libérer », la vérité est identifiée au Fils. De la sorte, « connaître la vérité » veut dire « connaître Jésus ». Être libéré par la vérité signifie être libéré par Jésus.

(3) Les quatre aspects de la vérité ci-dessus sont liés à l’Esprit de vérité. (a) Dans l’opposition « vérité – mensonge », le Paraclet-Esprit de vérité guidera les disciples dans la vérité toute entière (16,13). Ils sont donc épargnés du mensonge du diable (8,44). (b) Le Paraclet-Esprit appartient à la vérité et vient d’auprès du Père (15,26c). (c) La mission du Paraclet-Esprit se réfère en permanence à la révélation de Jésus (14,26 ; 16,14-15) laquelle est la vérité. (d) Si Jésus s’identifie à la vérité (14,6), le Paraclet est l’Esprit de vérité (14,26a ; 15,26). Il communique aux disciples la vérité absolue qu’est Jésus lui-même. De ce fait, la vérité attribuée à Jésus et au Paraclet-Esprit exprime à la fois l’unique révélation de Dieu et la relation entre le Père, Jésus, le Paraclet et les disciples. La vérité fait donc le lien entre la théologie (le dessein de Dieu), la christologie (le mystère de Jésus), la pneumatologie (le rôle du Paraclet-Esprit) et l’ecclésiologie (la vie de la communauté des disciples). Dans cette perspective, une lecture moralisante ou gnostique de dénomination « l’Esprit de vérité » ne correspond pas à la théologie johannique comme R. Schnackenburg, The Gospel, vol. III, p. 135, le remarque : « Elle [la vérité en 16,13a] ne peut pas être limitée à l'action morale, ni ne peut être expliquée dans le sens gnostique. Il s'agit d'une pénétration plus profonde dans le contenu de la révélation et en même temps d’une application de cette révélation au comportement de la communauté dans le monde. »

Le rôle de l’Esprit de vérité se résume en trois points : (a) l’Esprit de vérité est identifié à l’autre Paraclet (14,16-17), au Paraclet et à l’Esprit Saint (14,26a). (b) L’Esprit de vérité est le sujet et l’objet des verbes en 14,17 (le monde est incapable de le recevoir, tandis que les disciples le connaissent et il demeure auprès d’eux) et en 15,26c (il vient d’auprès du Père). (c) La nomination « l’Esprit de vérité » ne figure pas dans le deuxième (14,25-26) et quatrième dit (16,7-11).

     4. L’Esprit Saint (to pneuma to hagion)

L’appellation « l’Esprit Saint » apparaît dans une seule occurrence (14,26) des cinq dits. Nous le traitons en trois points : (1) le titre « l’Esprit Saint » dans l’Évangile, (2) les sens du terme « pneuma », (3) le Paraclet en lien avec l’Esprit Saint.

(1) Il y a trois occurrences de « l’Esprit Saint » (1,33 ; 14,26 ; 20,22). La première se trouve dans le témoignage de Jean le Baptiste qui déclare en 1,33 : « Et moi, je ne le [Jésus] connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit (to pneuma) descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint (en pneumati hagiôi).” » La suivante est dans le deuxième dit du Paraclet (14,26a) et la troisième occurrence se trouve en 20,22, le narrateur rapporte : « Ayant dit cela [20,21], il [Jésus] souffla et leur [les disciples] dit : “Recevez l’Esprit Saint (pneuma hagion)”. » L’interprétation de ces trois occurrences doit tenir compte des sens du terme « pneuma » (l’esprit, le vent, etc.) dans l’Évangile.

(2) Le mot « pneuma » apparaît en vingt-quatre occurrences avec six catégories de sens : (a) le sens spirituel (3 fois : 3,6b ; 4,24a ; 6,63b), (b) le vent (1 fois : 3,8a), (c) l’esprit d’une personne (2 fois : 11,33 ; 13,21), (d) la polysémie : le sens spirituel ou l’Esprit Saint (3 fois : 4,23.24b ; 6,63a), (e) double sens : l’esprit de Jésus et l’Esprit Saint (1 fois : 19,30), (f) l’Esprit Saint (14 fois : 1,32.33a.33b ; 3,5.6a.8b.34 ; 7,39a.39b ; 14,17.26 ; 15,26 ; 16,13 ; 20,22). Cf. l’article : « Les sens du terme “pneuma” (l’Esprit, la chose spirituelle, le vent...) dans l’Évangile de Jean. »

(a) En 3,6b ; 4,24a ; 6,63b, « pneuma » a un sens spirituel. Jésus dit à Nicodème en 3,6 : « Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit (ek tou pneumatos) est esprit (pneuma). » Le deuxième terme « pneuma » dans ce verset possède aussi le sens spirituel. La définition Dieu en 4,24a : « Dieu est esprit (pneuma ho theos) » éclaire l’action d’adorer en 4,24b : « ceux qui adorent, c’est en esprit et en vérité qu’ils doivent adorer. » Dans cette définition de Dieu, « pneuma » ici souligne le caractère invisible de Dieu. (Cf. l’étude au point : « III.B.3.(4) Dieu est esprit » dans l’article : « Jn 4,1-45 : analyse du texte »). En 6,63, Jésus dit à ses disciples : « C’est l’esprit (to pneuma) qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit (pneuma) et elles sont vie. » La deuxième occurrence de « pneuma » a aussi un sens spirituel.

(b) En 3,8a, « pneuma » signifie le vent. Jésus dit à Nicodème en 3,8 : « Le vent (to pneuma) souffle (pnei) où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit (ek tou pneumatos). » Le verbe « pneô » (souffler) a la même racine que « pneuma ». Le souffle du vent est comparé au croyant qui est né de l’Esprit.

(c) En 11,33 et 13,21, « pneuma » désigne l’esprit d’une personne. Le narrateur rapporte en 11,33 : « Lorsqu’il [Jésus] la [Marie] vit pleurer, et pleurer aussi les Juifs qui l’avaient accompagnée, Jésus frémit en son esprit (i pneumati) et se troubla » et en 13,21 : « Ayant dit cela, Jésus fut troublé en son esprit (i pneumati) et il attesta : “En vérité, en vérité, je vous [les disciples] le dis, l’un de vous me livrera.” Ces deux occurrences de « pneuma » désignent l’esprit de Jésus.

(d) Le terme « pneuma » en 4,23.24b ; 6,63a est polysémique. En 4,23.24b, Jésus parle deux fois d’adorer le Père « en esprit et en vérité » (en pneumati kai alètheiai). Le terme « pneuma » ne désigne pas ici explicitement l’Esprit Saint mais le contexte de l’Évangile permet de l’interpréter comme tel. Nous avons montré que la vérité désigne la révélation de Jésus. On peut alors comprendre qu’adorer le Père en esprit et en vérité est une adoration guidée par l’Esprit Saint et illuminée par la révélation de Jésus. (Cf. l’étude au point « III.B.3.(3) La manière d’adorer Dieu » dans l’article : « Jn 4,1-45 : analyse du texte »). Le terme « pneuma » en 6,63a : « C’est l’esprit (to pneuma) qui vivifie, la chair ne sert de rien » renvoie soit à l’Esprit de Dieu, soit à l’esprit dans le sens général. La BiJér, 2000 rend « pneuma » en 6,63a par « esprit » écrit en minuscule et la TOB, 12e écrit « Esprit » en majuscule désignant l’Esprit Saint.

(e) En 19,30, « pneuma » a le double sens de : l’esprit de Jésus et l’Esprit Saint. Le narrateur relate la mort de Jésus en 19,30 : « Quand il [Jésus] eut pris le vinaigre, Jésus dit : “C’est achevé” et, inclinant la tête, il remit l’esprit (paredôken to pneuma). » On n’emploie pas l’expression « remettre l’esprit » pour décrire la mort d’une personne. Cette description inhabituelle de la mort de Jésus a une visée théologique. L’heure de sa mort est l’heure de sa glorification (13,31-32), de son élévation (12,31-32). Cette heure coïncide au don de l’Esprit Saint que reçoit le croyant comme le narrateur explique en 7,39 : « Il [Jésus] parlait de l’Esprit (pneumatos) [cf. 7,37-38] que devaient recevoir ceux qui avaient cru en lui ; car il n’y avait pas encore d’Esprit (pneuma), parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. » L’expression « remettre l’esprit » (19,30d) exprime donc à la fois la mort de Jésus et le moment où Jésus donne l’Esprit Saint au monde. Ce don de l’Esprit sera explicite le jour de sa résurrection (cf. 20,22).

(f) Le terme « pneuma » désigne l’Esprit Saint (14 fois) avec trois appellations : « l’Esprit » (8 fois : 1,32.33a ; 3,5.6a.8b.34 ; 7,39a.39b), « l’Esprit Saint » (3 fois : 1,33b ; 14,26 ; 20,22), et « l’Esprit de vérité » (3 fois : 14,17 ; 15,26 ; 16,13).

(3) Les trois désignations ci-dessus permettent d’établir le lien entre le Paraclet et l’Esprit. En effet, l’Esprit Saint est mis en relation avec Dieu, Jésus et les disciples. D’abord, aux ch. 14–16, le Père donnera l’autre Paraclet (14,16), il enverra le Paraclet (14,26) et le Paraclet-Esprit de vérité vient d’auprès du Père (15,26). Ensuite, dans la relation avec Jésus, au début de l’Évangile, l’Esprit descend et demeure sur lui et il baptise dans l’Esprit Saint (1,33). À la fin de sa mission, Jésus promet d’envoyer le Paraclet-Esprit (14,26 ; 15,26). Il le donne sur la croix (19,30) et après sa résurrection (20,22). Enfin, la relation entre l’Esprit et les disciples se situe sur deux niveaux : avant Pâques, les disciples ont cru en Jésus, ils sont nés de l’eau et de l’Esprit (3,3.5), puis après Pâques, le Paraclet-Esprit Saint exerce pleinement sa fonction. En tout cas, pour les croyants après Pâques, le fait de naître de l’eau et de l’Esprit coïncide au don du Paraclet-Esprit.

Conclusion

Nous avons traduit et situé les cinq dits du Paraclet dans leurs contextes. Ces dits ont leur place dans les ch. 14–16 et sont bien structurés. Chaque dit apporte sa contribution au rôle du Paraclet. La condition pour recevoir le don du Paraclet est double : aimer Jésus, garder ses commandements pour les disciples (15,14) et le départ de Jésus vers son Père (16,7). L’envoi du Paraclet est attribué à la fois au Père (14,16b.26a) et à Jésus (15,26b ; 16,7c). Ce double auteur de l’envoi montre l’unicité d’action entre le Père et le Fils. La venue du Paraclet est exprimée par « erchomai » (venir) désignant la destination (auprès des disciples) et « ekporeuomai » (venir de) précisant la provenance (d’auprès du Père).

Il y a quatre appellations dans les cinq dits : (1) « autre Paraclet » renvoie à Jésus dans l’Évangile et non Jésus Christ dans le ciel (1Jn 2,1). Cette désignation introduit aux autres dits. (2) Le titre « Paraclet » est propre à Jn 14–16. Le pronom masculin « ekeinos » (celui-là) montre que le Paraclet est le sujet d’actions. De ce fait, il est personnalisé et assure la continuité de la révélation de Jésus dans la communauté croyante. (3) La dénomination « l’Esprit de vérité » correspond au thème de la vérité qui est en lien avec le mensonge, l’appartenance, la révélation et Jésus lui-même. Le Paraclet-Esprit de vérité est donc lié étroitement à Jésus et à sa mission. (4) « l’Esprit Saint » qui demeure sur Jésus au début de l’Évangile (1,33) est donné aux disciples après sa résurrection (20,22) et il est identifié au Paraclet (14,26a).

La particularité des cinq dits est double : (1) l’identification entre le Paraclet et l’Esprit et (2) les activités spécifiques du Paraclet résumées en cinq points : (a) le monde est incapable de le recevoir, (b) il demeure à jamais auprès des disciples, (c) il exerce une fonction pédagogique (enseigner, rappeler, annoncer ce qui vient de Jésus) et (d) une fonction juridique (témoigner et établir la culpabilité du monde), (e) il guide les disciples dans la vérité toute entière. Ainsi, il ne faut pas limiter son rôle à celui d’un avocat, d’un défenseur ou d’un consolateur. Nous étudierons davantage l’activité du Paraclet à travers trois relations : « Paraclet–Jésus » ; « Paraclet–monde » et « Paraclet–disciples » dans un autre article./.


Bibliographie


BiJér, 2000 : ÉCOLE BIBLIQUE DE JÉRUSALEM, (dir.), La Bible de Jérusalem, (Nou. Éd. rev. et aug.), Paris, Le Cerf, 2000.
BROWN, R.E., “The Paraclete in the Fourth Gospel”, NTS 13/2 (1966) 113-132.
CALLOUD, J. ; GENUYT, F., Le discours d’adieu Jean 13–17, analyse sémiotique, Lyon, CADIR, 1985.
COTHENET, é., La chaîne des témoins dans l’évangile de Jean. De Jean-Baptiste au disciple bien-aimé, (Libi 142), Paris, Le Cerf, 2005.
DELEBECQUE, É., Évangile de Jean, Texte traduit et annoté (CRB 23), Paris, J. Gabalda et Cie, 1987.
DETTWILER, A., « Le phénomène de la relecture dans la tradition johannique : une proposition de typologie », D. MARGUERAT ; A. CURTIS, (éds.), Intertextualités, La Bible en échos, (MdB 40) Genève, Labor et Fides, 2000, p. 185-200.
GIRARD, M., Évangile selon Jean : structures et symboles, vol. 2 : Jean 10-21, Montréal – Paris, Médiaspaul, 2017.
GOURGUES, M., En Esprit et en Vérité. Piste d’exploitation de l’évangile de Jean, (Sciences Bibliques 11), Montréal, Médiaspaul, 2002.
JEANNE D’ARC, Évangile selon Jean, Présentation du texte grec, traduction et notes (Les évangiles), Paris, Les Belles Lettres - DDB, 1990.
LA POTTERIE I. de, La vérité dans saint Jean, t. I : Le Christ et la vérité. L’Esprit et la vérité, (AnBib 73) ; t. II : Le croyant et la vérité, (AnBib 74), Rome, Biblical Institute Press, 1977.
MOLONEY, F.J., The Gospel of John, (SP 4), Collegeville (MN), The Liturgical Press, 1998.
NTG-28th : Nestle-ALAND, Novum Testamentum Graece, (28th Rev. Ed.), Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 2012.
PHILON D'ALEXANDRIE, In Flaccum, traduire par André Pelletier, (Les Œuvres 31), Paris, Le Cerf, 1967.
SCHNACKENBURGRudolf, The Gospel According to St. John, vol. III: Commentary on Chapters 13–21, (HThCNT), London, Burns & Oates, [1975], 1982.
SIMOENS, Y., Selon Jean 1 : Une traduction ; Selon Jean 2 : Une interprétation ; Selon Jean 3 : Une interprétation, (IET 17), Bruxelles, IET, 1997.
SMALLEY, S.S., “Pneumatology in the Johannine Gospel and Apocalypse”, in R.A. CULPEPPER; C.C. BLACK, (ed.), Exploring the Gospel of John, in Honor of D. Moody Smith, Louisville (Kentucky), Westminster John Knox Press, 1996, p. 289-300.
TOB, 12e éd. : La Bible, Traduction œcuménique, Paris – Villiers-le-Bel, Le Cerf – Société Biblique Française, 2011.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire