25 décembre 2013

En Jn 1,21 Jean le Baptiste n’est pas Élie, pourtant en Mt 17,13 il est Élie, contradiction ou complémentarité?




Article en vietnamien:

Email: josleminhthong@gmail.com
Le 26 Décembre 2013.

Contenu

I. Introduction
II. Jésus, Jean le Baptiste et Élie
   1)  Dans les Synoptiques
      a) Jean le Baptiste et le prophète Élie
      b) Jésus et le prophète Élie
   2) Dans l’Ancien Testament
      a) La disparition d’Élie (2R 2,9-12)
      b) La venue d’Élie (Ml 3,23-24)
   3) Identification: “Jean – Élie” et “Jésus – Élie”
      a) Jean le Baptiste et Élie
      b) Jésus et Élie
III. Jean le Baptiste dans l’Évangile de Jean
   1) Jean le Baptiste n’est pas Élie
   2) Jean le Baptiste est la lumière qui luit (5,35)
      a) Le Logos est la lumière, venue dans le monde
      b) Jésus est la lumière du monde
      c) Jean le Baptiste est la lumière qui luit
IV. Conclusion



I. Introduction

Dans l’Évangile de Jean, le nom du prophète Élie apparaît deux fois (Jn 1,21.25) dans un contexte de témoignage de Jean le Baptiste face aux gens de Jérusalem. Quand les prêtres et les lévites lui demandent : “Es-tu Élie ?”, Jean leur dit: “Je ne le suis pas” (Jn 1,21a). Pourquoi en Mt 11,13-14; 17,13, Jean le Baptiste est-il identifié avec le prophète Élie? Nous répondrons à cette question en deux temps.

D’abord, nous regarderons la place du prophète Élie dans les Évangiles Synoptiques et dans l’Ancien Testament. Dans les Synoptiques, il y a non seulement identification entre Jean le Baptiste avec Élie mais aussi identification entre Jésus et Élie (Mc 8,27-29 // Mt 16,13-16 // Lc 9,18-20).

Ensuite, nous aborderons les personnages de Jean le Baptiste et d’Élie dans l’Évangile de Jean. Comment l’auteur de l’Évangile de Jean construit-il la place de Jean le Baptiste en relation avec Jésus? Il semble que, dans l’Évangile de Jean, au lieu d’identifier Jean le Baptiste à Élie, Jésus l’identifie à la lumière.

II. Jésus, Jean le Baptiste et Élie

Cette partie analysera (1) d’abord Jésus, Jean le Baptiste et Élie présentés dans les Évangiles Synoptiques. (2) Ensuite, nous regarderons dans l’Ancien Testament pour savoir comment le prophète Élie a disparu et qui a annoncé sa venue. (3) Enfin nous essayerons d’expliquer deux identifications: “Jean le Baptiste–Élie” et “Jésus–Élie” présentées dans les Évangiles Synoptiques.

   1)  Dans les Synoptiques

Le prophète Élie dans les Évangiles Synoptiques est identifié à (a) Jean le Baptiste et (b) Jésus.

      a) Jean le Baptiste et le prophète Élie

Lidentification entre Jean le Baptiste et Élie se trouve dans Mt 11,13-14. Jésus dit à la foule au sujet de Jean le Baptiste: “13 Tous les prophètes en effet, ainsi que la Loi, ont mené leurs prophéties jusqu’à Jean. 14 Et lui, si vous voulez m’en croire, il est cet Élie qui doit revenir” (Mt 11,13-14). (Citations bibliques sont prises dans la traduction de la Bible de Jérusalem).

Dans le récit de la Transfiguration du même Évangile, Jean le Baptiste est identifié à Élie (Mt 17,1-8), récit dans lequel, Moïse et Élie apparaissent et s’entretiennent avec Jésus transfiguré. Au moment de la descente de la montagne, les disciples posent à Jésus cette question: “Que disent donc les scribes, qu’Élie doit venir d'abord ?” (Mt 17,10). Jésus leur répond: “11 Oui, Élie doit venir et tout remettre en ordre; 12 or, je vous le dis, Élie est déjà venu, et ils ne l’ont pas reconnu, mais l’ont traité à leur guise. De même le Fils de l’homme aura lui aussi à souffrir d’eux” (Mt 17,11-12). Le narrateur explique: “Alors les disciples comprirent que ses paroles visaient Jean le Baptiste” (Mt 17,13).

Notons que dans l’Évangile de Luc, dans son récit de la Transfiguration (Lc 9,28-36), il n’y a pas de dialogue entre Jésus et les disciples quand ils descendent de la montagne. Quant à l’Évangile de Marc, le narrateur n’explique pas l’idée que les disciples ont compris que Jésus parle de Jean Baptiste. En descendant de la montagne, les disciples posent cette question: “Pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit venir d’abord?” (Mc 9,11). Jésus leur dit: “12 Oui, Élie doit venir d’abord et tout remettre en ordre. Et comment est-il écrit du Fils de l’homme qu’il doit beaucoup souffrir et être méprisé ? 13 Mais je vous le dis: Élie est bien déjà venu et ils l’ont traité à leur guise, comme il est écrit de lui” (Mc 9,12-13). Jésus identifie implicitement Jean le Baptiste avec Élie et il parle de son destin à travers la figure mystérieuse “le Fils de l’homme.”

      b) Jésus et le prophète Élie

Dans les Évangiles Synoptiques, les gens identifient Jésus avec le prophète Élie. Le narrateur raconte en Mc 8,27-29 // Mt 16,13-16 // Lc 9,18-20.

Mc 8,27-29: “27 Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages de Césarée de Philippe, et en chemin il posait à ses disciples cette question: ‘Qui suis-je, au dire des gens?’ 28 Ils lui dirent: ‘Jean le Baptiste; pour d’autres, Élie; pour d’autres, un des prophètes.’ – 29 ‘Mais pour vous, leur demandait-il, qui suis-je?’ Pierre lui répond: ‘Tu es le Christ.’”

Mt 16,13-16: “13 Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus posa à ses disciples cette question: ‘Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme?’ 14 Ils dirent: ‘Pour les uns, Jean le Baptiste; pour d’autres, Élie; pour d’autres encore, Jérémie ou quelqu’un des prophètes.” – 15 ‘Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je?’ 16 Simon-Pierre répondit: ‘Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.’”

Lc 9,18-20: “18 Et il advint, comme il était à prier, seul, n’ayant avec lui que les disciples, qu’il les interrogea en disant: ‘Qui suis-je, au dire des foules?’ 19 Ils répondirent: ‘Jean le Baptiste; pour d’autres, Élie; pour d’autres, un des anciens prophètes est ressuscité.’ – 20 ‘Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je?’ Pierre répondit: ‘Le Christ de Dieu.’”

Seul l’Évangile de Luc (Lc 9,7-9) rapporte le récit concernant Hérode, le tétrarque. Quand Hérode apprit les activités de Jésus et ses disciples (proclamer le Royaume de Dieu et faire des guérisons), “7b Il était fort perplexe, car certains disaient: ‘C’est Jean qui est ressuscité d’entre les morts’; 8 certains: ‘C’est Élie qui est reparu’; d’autres: ‘C’est un des anciens prophètes qui est ressuscité.’ 9 Mais Hérode dit: ‘Jean ! moi je l’ai fait décapiter. Quel est-il donc, celui dont j’entends dire de telles choses?’ Et il cherchait à le voir” (Lc 9,7b-9).

Les citations ci-dessous montrent que la foule pense que Jésus est Jean le Baptiste (Mc 8,28a; Mt 16,14a; Lc 9,7b.19a), Élie (Mc 8,28b; Mt 16,14b; Lc 9,8a.19b), Jérémie (Mt 16,14c), ou un des prophètes (Mc 8,28c; Mt 16,14d; Lc 9,8b.19c). Toutes ces identifications ne sont pas correctes. Simon-Pierre a la bonne réponse: “Tu es le Christ” (Mc 8,29), “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Mt 16,16), “Le Christ de Dieu” (Lc 9,20), mais le contenu de ces titres est à déterminer. Nous signalerons plus tard que Pierre ne comprend pas encore ce qu’il dit.

   2) Dans l’Ancien Testament

Il y deux textes importants dans l’Ancien Testament concernant notre sujet : (a) La disparition miraculeuse d’Élie (2R 2,9-12) et l’annonce de sa venue (Ml 3,23-24).

      a) La disparition d’Élie (2R 2,9-12)

Dans l’Ancien Testament, le prophète Élie ne meurt pas, il a été enlevé au ciel. Le deuxième livre des Rois rapporte l’histoire d’Élie et de son disciple Élisée en 2R 2,9-12: “9 Élie dit à Élisée: ‘Demande: Que puis-je faire pour toi avant d’être enlevé d’auprès de toi?’ Et Élisée répondit: ‘Que me revienne une double part de ton esprit !’ 10 Élie reprit: ‘Tu demandes une chose difficile: si tu me vois pendant que je serai enlevé d’auprès de toi, cela t’arrivera; sinon, cela n’arrivera pas.’ 11 Or, comme ils marchaient en conversant, voici qu’un char de feu et des chevaux de feu se mirent entre eux deux, et Élie monta au ciel dans le tourbillon. 12 Élisée voyait et il criait: ‘Mon père! Mon père! Char d’Israël et son attelage!’ Puis il ne le vit plus et, saisissant ses vêtements, il les déchira en deux.”

      b) La venue d’Élie (Ml 3,23-24)

Le prophète Malachie annonce la venue du prophète Élie à la fin du livre de Malachie. Le SEIGNEUR déclare en Ml 3,23-24: “23 Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que n’arrive le Jour de Yahvé, grand et redoutable. 24 Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’anathème.”

La tradition chrétienne reconnaît l’accomplissement de cette prophétie en Jean le Baptiste, rapporté dans Lc 1,13-17.

   3) Identification: “Jean – Élie”, “Jésus – Élie”

      a) Jean le Baptiste et Élie

La tradition lucanienne associe la prophétie de Malachie à l’annonce de la naissance de Jean le Baptiste (Lc 1,5-23). L’Ange du Seigneur dit à Zacharie dans le Sanctuaire du Temple à l’heure de l’encens: “13 Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée; ta femme Élisabeth t’enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jean. 14 Tu auras joie et allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance. 15 Car il sera grand devant le Seigneur; il ne boira ni vin ni boisson forte; il sera rempli d'Esprit Saint dès le sein de sa mère 16 et il ramènera de nombreux fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu. 17 Il marchera devant lui avec l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener le cœur des pères vers les enfants et les rebelles à la prudence des justes, préparant au Seigneur un peuple bien disposé” (Lc 1,13-17).

Lc 1,17a parle de l’esprit et la puissance d’Élie qu’Élisée a demandé à Élie en 2R 2,9b: “Que me revienne une double part de ton esprit!” Il est évident que Lc 1,7b renvoie à Ml 3,24b: “Il [Élie] ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères.” Ainsi Jean le Baptiste joue le rôle d’Élie.

Le lien entre Jean le Baptiste et Élie dès l’annonce de la naissance de Jean fait que la tradition chrétienne identifie au rôle précurseur de Jean le Baptiste avec l’annonce de la venue d’Élie (Ml 3,23-24). La tradition juive s’appuie sur cette prophétie de Malachie pour affirmer que: “Élie doit venir d’abord” (Mc 9,11; Mt 17,10). Jésus le reconnaît en disant: “Élie doit venir d’abord et tout remettre en ordre” (Mc 9,12a; Mt 17,11). Pour Jésus, les gens ignorent que la venue de Jean Baptiste est identifiée à la venue d’Élie. Il dit: “Élie est bien déjà venu et ils l’ont traité à leur guise” (Mc 9,13 // Mt 17,11). Jésus identifie Jean le Baptiste à Élie pour mettre en valeur son rôle de précurseur et l’accomplissement de la prophétie du prophète Malachie à propos de la venue d’Élie.

      b) Jésus et Élie

Dans la mission publique de Jésus, les gens identifient Jésus à Jean le Baptiste, Élie, Jérémie, ou un des prophètes (Mc 8,28; Mt 16,14; Lc 9,8.19). Cette pensée montre que Jean-Baptiste joue un rôle important auprès de la population de l’époque. En Lc 9,7, les gens considèrent que Jésus est Jean le Baptiste qui est ressuscité d’entre les morts (cf. Lc 9,7). Jean le Baptiste est reconnu comme un prophète et Jésus affirme qu’’il est “prophète” et “plus qu’un prophète” (Mt 11,9).

L’identification de Jésus à l’un des prophètes s’inscrit dans le mouvement de l’attente du prophète que le SEIGNEUR donnera à Israël. Moïse dit à Israël en Dt 18,15: “Yahvé ton Dieu suscitera pour toi, du milieu de toi, parmi tes frères, un prophète comme moi, que vous écouterez.” Cette parole est confirmée par Moïse lui-même quand il dit en Dt 18,17-18: “17 Yahvé me dit: ‘Ils ont bien parlé. 18 Je leur susciterai, du milieu de leurs frères, un prophète semblable à toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai.”

Dans l’Évangile de Jean, après le signe de la multiplication des pains (Jn 6,1-13), le narrateur raconte en Jn 6,14-15: “14  A la vue du signe qu’il [Jésus] venait de faire, les gens disaient: ‘C’est vraiment lui le prophète qui doit venir dans le monde.’ 15 Alors Jésus, se rendant compte qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi, s’enfuit à nouveau dans la montagne, tout seul.” La foule attribue à Jésus un grand titre: “Le prophète qui doit venir dans le monde” mais elle ne comprend pas vraiment qui est Jésus. Il y a malentendu de la part des gens, c’est pour cela que Jésus s’enfuit dans la montagne (cf. Jn 6,15). Jésus n’est pas le style de prophète que la foule attend.

Dans les Évangiles Synoptiques, la foule contemporaine de Jésus le considère comme Jean le Baptiste ou Élie ou l’un des prophètes. Ces considérations ne sont pas correctes, même si la réponse de Simon-Pierre est la bonne: “Tu es le Christ” (Mc 8,28). Cependant la suite du récit (Mc 8,31-33) montre que Pierre ne comprend pas le titre “Christ” qu’il vient de dire. Le narrateur raconte en Mc 8,31-33: “31 Et il [Jésus] commença de leur [les disciples] enseigner: ‘Le Fils de l’homme doit beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, être tué et, après trois jours, ressusciter; 32 et c’est ouvertement qu’il disait ces choses. Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner. 33 Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, admonesta Pierre et dit: ‘Passe derrière moi, Satan ! car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes!”

Les textes des Évangiles nous montrent qu’il ne suffit pas de connaître le titre de Jésus, mais le plus important est de comprendre le contenu du titre proclamé. En réalité, il existe à l’époque plusieurs tendances politiques et religieuses derrière les titres “prophète” ou “Christ (Messie)” attribués à Jésus.

III. Jean le Baptiste dans l’Évangile de Jean

Dans l’Évangile de Jean, il y a deux choses à retenir à propos de notre sujet: (1) Jean le Baptiste nie qu’il est Élie dans un contexte particulier. (2) Jésus, qui est la lumière, identifie Jean le Baptiste avec la lumière.

   1) Jean le Baptiste n’est pas Élie

Jean le Baptiste affirme qu’il n’est pas Élie dans son témoignage. Voici le récit de Jn 1,19-28:

19 Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander: “Qui es-tu?” 20  Il confessa, il ne nia pas, il confessa: “Je ne suis pas le Christ” – 21 “Qui es-tu donc? Lui demandèrent-ils. Es-tu Élie?” Il dit: “Je ne le suis pas” - “Es-tu le prophète?” Il répondit: “Non.” 22 Ils lui dirent alors: “Qui es-tu, que nous donnions réponse à ceux qui nous ont envoyés? Que dis-tu de toi-même” – 23 Il déclara: “Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit Isaïe, le prophète.” 24 On avait envoyé des Pharisiens. 25 Ils lui demandèrent : “Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Elie, ni le prophète?” 26 Jean leur répondit: “Moi, je baptise dans l’eau. Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas, 27 celui qui vient derrière moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale.” 28 Cela se passait à Béthanie au-delà du Jourdain, où Jean baptisait.

Notons que dans les Évangiles Synoptiques, Jean le Baptiste ne dit pas s’il est Élie ou s’il ne l’est pas. Mais c’est Jésus qui identifie Jean le Baptiste à Élie pour mettre en valeur sa mission, accomplissant ainsi la prophétie de Malachie (Ml 3,23-24). Dans l’Évangile de Jean, en tant que celui qui “rend témoignage à la lumière” (Jn 1,7), Jean le Baptiste dit qu’il n’est pas le Christ, ni Élie, ni prophète (Jn 1,20-21) pour présenter celui qui vient derrière lui, celui dont il n’est  pas digne de dénouer la courroie de sandale (Jn 1,27). Jean suit sa règle de vie: “Il faut que lui [Jésus] grandisse et que moi je décroisse” (Jn 3,30). Jean n’est pas le Christ, ni un prophète, parce que ces titres sont réservés à Jésus. Dans l’Évangile de Jean, les gens attribuent à Jésus le titre “Christ (Messie)” (Jn 1,17.41; 4,25.29; 7,26.27.31.41.42; 9,22; 10,24; 11,27; 12,34; 17,3; 20,31) et “prophète” (Jn 4,19; 4,44; 6,14; 7,40.52; 9,17).

L’Évangile de Jean ne présente pas l’identification entre Jean le Baptiste au le prophète Élie, mais il identifie Jean le Baptiste à la lumière (5,35).

   2) Jean le Baptiste est la lumière qui luit (5,35)

L’Évangile de Jean met en parallèle (a) le Logos qui est la lumière (1,9); (b) Jésus qui est la lumière (8,12; 9,5; 12,46), (c) et Jean le Baptiste qui est aussi la lumière (5,35).

      a) Le Logos est la lumière, venue dans le monde

Le prologue de l’Évangile de Jean (Jn 1-18) affirme que le Logos (Verbe) est la lumière en 1,9: “Le Verbe (Logos) était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde.” Le rôle de Jean le Baptiste est décrit en Jn 1,6-8: “6 Il y eut un homme envoyé de Dieu. Son nom était Jean. 7 Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8 Celui-là n’était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière.

Le texte affirme que Jean n’était pas la lumière (1,8), la lumière est Jésus, le Logos s’est fait chair (1,14). Pourtant, dans un autre sens et un autre contexte, Jésus dit que Jean le Baptiste est la lumière (5,35). Nous l’aborderons dans la suite.

      b) Jésus est la lumière du monde

Trois fois dans l’Évangile de Jean, Jésus déclare qu’il est la lumière (8,12; 9,5; 12,46). En 8,12, Jésus dit aux Pharisiens dans un contexte de débat: “Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie” (8,12). En 9,5, Jésus dit à ses disciples avant de guérir l’aveugle-né: “Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde” (9,5). À la fin de la mission publique de Jésus, il déclare pour la dernière fois qu’il est la lumière: “Moi, lumière, je suis venu dans le monde, pour que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres” (12,46). Ce qui est intéressant est que pour Jésus, Jean le Baptiste est aussi “la lumière” (5,35). 

      c) Jean le Baptiste est la lumière qui luit

Dans le contexte de la persécution de Jésus par les Juifs qui cherchent à le faire mourir (5,18), Jésus leur tient un discours sur les oeuvres du Fils (5,19-29), suivi par une série de témoignages en sa faveur (5,30-47). Dans ce passage, Jésus parle du témoignage de Jean le Baptiste en 5,33-35. Jésus dit aux Juifs: “33  Vous avez envoyé trouver Jean et il a rendu témoignage à la vérité. 34  Non que je relève du témoignage d’un homme; si j’en parle, c’est pour votre salut. 35  Celui-là était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière.

En 5,35a, Jésus parle de Jean le Baptiste qui “était la lampe qui brûle et qui luit” (5,35a). Le verbe “luire” (phainô) est apparu seulement deux fois dans l’Évangile de Jean (1,5; 5,33). La première fois décrit le Logos qui est la lumière qui “luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie” (1,5). La deuxième fois parle de Jean le Baptiste qui “était la lampe qui brûle et qui luit” (5,35a).

En 5,35b, Jésus dit de Jean le Baptiste aux Juifs: “Vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière” (5,35b). La courte mission de Jean est symbolisée par “une heure à sa lumière.” Le verbe “se réjouir” (agalliaô) exprime le respect et la grande contribution de Jean au peuple d’Israël. Quant au terme “lumière” (phôs), il est utilisé pour désigner Jésus qui est la lumière du monde (8,12; 9,5; 12,46). Ainsi Jésus honore Jean le Baptiste en lui reliant au symbole de la lumière qui luit (5,35). Jean le Baptiste est “la lumière” qui brille pour rendre témoignage à “la lumière par excellence” qui est Jésus.

L’identification entre Logos, Jésus et Jean le Baptiste avec la lumière ne figure pas dans les Évangiles Synoptiques. Ces thèmes sont la particularité et l’originalité de l’Évangile de Jean. Ils sont les contributions théologiques de l’Évangile de Jean dans les Évangiles et dans l’ensemble de la théologie du Nouveau Testament.  

IV. Conclusion

Jean le Baptiste et le prophète Élie sont deux personnages différents. Mais la tradition synoptique identifie Jean le Baptiste avec le prophète Élie dans un sens analogue. Dans l’Évangile de Luc, Jean le Baptiste marche devant le Seigneur avec l’esprit et la puissance d’Élie (cf. Lc 1,17). Ainsi, Jean accomplit la prophétie de Malachie (Ml 3,23-24) à propos de la venue d’Élie et de sa mission. De manière explicite, Jésus identifie Jean le Baptiste à Élie (Mt 11,13-14; 17,13).

La tradition de l’Évangile de Jean construit le personnage de Jean le Baptiste de manière différente de celle des Synoptiques. Dans un contexte du procès johannique, Jean le Baptiste rend témoignage à la lumière (Jn 1,7), en niant qu’il est le Christ, Élie ou le prophète (Jn 1,20-21). Jésus le met en valeur en parlant de lui comme la lumière. Jean le Baptiste est la lumière qui luit (Jn 5,35), donc Jean participe à la véritable lumière qui est Jésus. Celui-ci est la lumière du soleil, celui qui éclaire tout homme, tandis que Jean le Baptiste est la lumière d’une lampe qui brûle et qui luit pour le peuple d’Israël.

Jean le Baptiste dans les Évangiles Synoptiques ne s’identifie pas lui-même à Élie, et dans l’Évangile de Jean, il  affirme qu’il n’est pas Élie. Jésus dans l’Évangile de Matthieu identifie Jean le Baptiste à Élie, tandis que dans l’Évangile de Jean, Jésus identifie Jean le Baptiste avec la lumière. Donc, il n’y a pas de contradiction entre l’Évangile de Matthieu (Mt 11,13-14; 17,13) et l’Évangile de Jean (Jn 1,21) à propos de Jean le Baptiste et d’Élie. Il s’agit de deux manières différentes de présenter Jean le Baptiste en rapport avec la mission de Jésus. Au lieu de penser qu’il existe une contradiction, il vaut mieux reconnaître la précieuse contribution théologique de la communauté johannique et la complémentarité entre l’Évangile de Jean et les Évangiles Synoptiques./.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire