28 avril 2014

Jn 15,9-13: La circulation d’amour entre le Père, Jésus et ses disciples



Article en vietnamien:

Email: josleminhthong@gmail.com
Le 28 Avril 2014.

Contenu

Introduction
1. Le texte et la structure de Jn 15,9-13
     a) Le texte de Jn 15,9-13
     b) La structure de Jn 15,9.10
     c) La structure de Jn 15,12-13
2. Déposer sa vie par amour (15,13)
3. Aimer comme (kathôs) Jésus a aimé (15,12)
4. La circulation d’amour
Conclusion


Introduction

L’amour entre le Père et Jésus, entre Jésus et ses disciples et entre les disciples eux-mêmes est un grand thème de l’Évangile de Jean. (Voir l’article “Le thème de l’amour et de  l’amitié dans l’Évangile de Jean). Comment cet amour se présente-t-il? Comment les disciples accueillent-ils et répondent-ils à cet amour? Le passage Jn 15,9-13 qui présente la circulation d’amour entre le Père, Jésus et ses disciples nous aide à répondre à ces questions. Pour étudier ce passage, nous abordons quatre points: (1) Le texte et la structure de Jn 15,9-13, (2) Déposer sa vie par amour (15,13), (3) Aimer comme Jésus a aimé (15,12), (4) La circulation d’amour.

1. Le texte et la structure de Jn 15,9-13

Cette partie présente (a) Le texte de Jn 15,9-13, (b) La structure de 15,9.10, (c) La structure de 15,12-13. (Les citations sont prises dans la Bible de Jérusalem, 2000).

     a) Le texte de Jn 15,9-13

Jésus dit à ses disciples en 15,9-13: “9 Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour. 10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour, comme moi j’ai gardé les commandements de mon Père et je demeure en son amour. 11 Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète. 12 Voici quel est mon commandement: vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés. 13 Nul n’a plus grand amour que celui-ci: déposer sa vie pour ses amis.

Jn 15,9-13 se compose de deux unités: (1) L’unité 15,9-11 présente la relation d’amour et l’expression de l’amour. Le v. 11 qui parle de la joie de Jésus dans les disciples est la conclusion de cette unité. (2) L’unité 15,12-13 présente le commandement d’amour. Jésus invite ses disciples à s’aimer les uns les autres comme Jésus les a aimés. La structure de ces versets sur l’amour nous aide à saisir la révélation de Jésus.

     b) La structure de Jn 15,9.10

La structure de 15,9.10 montre la direction de l’amour. Il s’agit d’un amour descendant en 15,9: du Père à Jésus, puis de Jésus aux disciples. En 15,10, c’est un amour ascendant: Des disciples à Jésus, puis de Jésus au Père.

                La structure de Jn 15,9

   15,9a: L’amour du Père pour Jésus:
              “Comme le Père m’a aimé
   15,9b: L’amour de Jésus pour ses disciples:
              moi aussi je vous ai aimés 
   15,9c: L’amour des disciples pour Jésus:
              demeurez en mon amour.”

Cette structure démontre que l’amour de Jésus vient de l’amour du Père (15,9a) et que par ce même amour, Jésus aime ses disciples (15,9b). La manière des disciples de répondre à cet amour est de demeurer dans l’amour de Jésus pour eux (15,9c). Ainsi, la circulation d’amour est présentée selon l’ordre  descendant: d’abord l’amour du Père, ensuite l’amour de Jésus, et enfin l’amour des disciples. Le sens de l’amour est le Père – Jésus – disciples. Dans le verset suivant (15,10), l’amour est présenté dans le sens inverse avec des éléments nouveaux. Ce verset se structure en parallèle A, B, A’, B’:

              La structure de Jn 15,10

15,10a: L’amour des disciples pour Jésus est manifesté
             par le fait de garder ses commandements:
  A. “Si vous gardez mes commandements,
     B. vous demeurerez en mon amour,
15,10b: L’amour de Jésus pour le Père est manifesté
             par le fait de garder ses commandements:
  A’. comme moi j’ai gardé les commandements de mon Père
     B’. et je demeure en son amour.”

Cette structure montre que l’amour est présenté selon l’ordre ascendant: de l’amour des disciples pour Jésus à l’amour de Jésus pour son Père. La réponse à l’amour est la même pour les disciples et pour Jésus, à savoir “garder les commandements” et “demeurer dans l’amour.” Ce ne sont pas seulement les disciples qui gardent les commandements de Jésus et qui demeurent dans son amour, mais c’est aussi Jésus lui-même qui garde les commandements de son Père et demeure dans l’amour de celui-ci.  

Les structures des versets 9 et 10 indiquent qu’il y a un unique amour qui lie ensemble le Père, Jésus et ses disciples formant ainsi une circulation d’amour entre ces personnages. Cet amour prend sa source dans le Père et arrive jusqu’aux disciples par l’intermédiaire de l’amour de Jésus. La réponse des disciples à l’amour du Père se fait aussi par l’intermédiaire de l’amour de Jésus. Ainsi Jésus joue le rôle de médiateur entre le Père et ses disciples dans les deux sens: celui d’un intermédiaire de l’amour descendant ainsi que l’amour ascendant. Cette circulation d’amour n’est complète qu’avec l’amour mutuel entre les disciples dans le commandement d’amour en 15,12-13.

     c) La structure de Jn 15,12-13

Après la révélation de l’amour dans le sens vertical (l’amour descendant et ascendant), la deuxième unité (15,12-13) présente l’amour dans le sens horizontal: c’est l’amour mutuel entre les disciples. Jésus les invite à s’aimer les uns les autres comme Jésus les a aimés. La structure de 15,12-13 contient deux idées: (1) Le commandement de Jésus (15,12) et (2) L’amour de Jésus (15,13).

                La structure de Jn 15,12-13

   (1)  15,12: Le commandement de Jésus:
          “Voici quel est mon commandement:
          vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés.
   (2) 15,13: L’amour de Jésus:
          Nul n’a plus grand amour que celui-ci:
            déposer sa vie pour ses amis.”

Cette structure met en évidence deux éléments: (1) Le commandement de Jésus et non pas celui de quelqu’un d’autre (15,12). (2) La manière d’aimer de Jésus est de “déposer sa vie pour ses amis” (15,13). Ici les disciples sont appelés amis. Le thème “ami de Jésus” se développe dans l’unité suivante (15,14-15).

2. Déposer sa vie par amour (15,13)

Selon la théologie johannique, “déposer sa vie” (15,13c) est la manière dont Jésus manifeste son “plus grand amour” (15,13b) pour les siens et c’est un amour que personne ne possède (15,13a). En fait, l’amour manifesté sous forme de donner sa vie pour les autres existe, par exemple les parents donnent leur vie pour leurs enfants, le mari donne sa vie pour sa femme ou l’inverse, les amis ou les personnes qui font un métier de sauvetage peuvent risquer leur vie pour les autres. C’est un grand amour et c’est une action honorable et appréciable. Cependant, selon la théologie de l’Évangile de Jean, le grand amour entre les hommes et le grand amour de Jésus pour ses disciples ne se trouvent pas sur le même plan, parce que personne ne peut être comparée à Jésus.

Jésus est celui qui dépose sa vie et puis la reprend comme il dit aux Pharisiens en 10,17-18: “17 C’est pour cela que le Père m’aime, parce que je dépose ma vie, pour la reprendre. 18 Personne ne me l’enlève; mais je la dépose de moi-même. J’ai pouvoir de la déposer et j’ai pouvoir de la reprendre; tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père.” Personne sur terre ne peut affirmer comme Jésus: “Je suis descendu du ciel” (6,38a); “Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour” (6,54); “Moi et le Père nous sommes un” (10,30); “Qui m’a vu a vu le Père” (14,9b). La nature et l’origine divines de Jésus sont uniques, et son amour manifesté dans le fait de déposer sa vie pour les siens est aussi unique dans son genre. C’est pour cela que nul n’a de plus grand amour que celui de Jésus (15,13).

L’une des caractéristiques de la théologie johannique est que Jésus est mort par son amour pour les siens, comme l’affirme le narrateur en 13,1: “Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin (eis telos êgapêsen autous).” “Aimer jusqu’à la fin” ici est compris dans les deux sens: (1) Aimer jusqu’à la fin des temps, c’est un amour fidèle et inébranlable: aimer jusqu’à la mort. (2) Aimer jusqu’à la fin pour exprimer le degré d’amour, c’est le plus grand amour, unique dans son genre.     

3. Aimer comme (kathôs) Jésus a aimé (15,12)

Jésus parle du commandement d’amour deux fois en 13,34; 15,12, ces deux versets sont complémentaires. Jésus dit à ses disciples en 13,34; 15,12: “Je vous donne un commandement nouveau: vous aimer les uns les autres; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres” (13,34); “Voici quel est mon commandement: vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés” (15,12). Notons quatre nuances entre le commandement d’amour johannique et le commandement d’amour dans Lv 19,18b: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

(1) C’est le commandement de Jésus, non pas de Yahvé. Dans l’Ancien Testament (l’AT), Yavhé donne le commandement d’amour au peuple d’Israël (Lv 19,18b), tandis que dans le Nouveau Testament (le NT), Jésus donne le commandement d’amour à ses disciples (Jn 13,34; 15,12).

(2) Dans l’Évangile de Jean, il s’agit de s’aimer les uns les autres entre les disciples de Jésus (Jn 13,34), tandis qu’en Lv 19,18b c’est “aimer le prochain” c’est-à-dire la personne appartenant au peuple d’Israël.

(3) La manière d’aimer est différente. Dans l’Évangile de Jean, c’est aimer comme Jésus a aimé (Jn 13,34; 15,12), tandis qu’en Lv 19,18b, c’est “aimer le prochain comme soi-même” (Lv 19,18b). Le terme “comme” (kathôs) en Jn 13,34; 15,12 n’est pas une simple comparaison, mais ce terme porte un sens théologique important. “Kathôs” ici affirme que l’amour de Jésus pour ses disciples est l’origine et le fondement de l’amour mutuel entre les disciples. Autrement dit, l’amour mutuel des disciples n’est plus l’amour du “commandement nouveau” si cet amour ne s’enracine pas sans cesse dans l’amour de Jésus pour les disciples.

(4) “Aimer Yahvé” (Dt 6,5) et “aimer le prochain” (Lv 19,18b) sont les commandements de l’AT, le judaïsme observe ces commandements. Tandis que dans l’Évangile de Jean, Jésus invite ses disciples à l’aimer et à garder ses commandements (Jn 14,15-24). Jésus nomme le commandement d’amour par “le commandement nouveau” (13,34a) et celui-ci il le donne à ses disciples (Jn 15,12a). Désormais, Jésus devient l’unique médiateur de l’amour entre Dieu et les hommes. Les disciples deviennent les aimés du Père à condition qu’ils aiment Jésus (Jn 14,21a.23a; 16,27b). (Voir article: “Trois commandements d’amour dans la Bible”). Le rôle d’intermédiaire de Jésus est mis en relief dans la circulation d’amour entre le Père, Jésus et ses disciples.     

4. La circulation d’amour

Les analyses ci-dessus montrent que le passage Jn 15,9-13 décrit la circulation d’amour entre le Père, Jésus et ses disciples. Cette circulation peut être illustrée par cette figure:

 

La circulation en Jn 15,9-13 se présente par un cercle d’AMOUR dans lequel la relation d’amour apparaît en deux sens: (1) Le Père aime Jésus et ce dernier aime le Père, (2) Jésus aime ses disciples et ces derniers aiment Jésus, (3) Les disciples s’aiment les uns les autres comme Jésus les a aimés. Cet amour mutuel des disciples est fondé sur l’amour de Jésus. C’est pour cela que cet amour mutuel n’est réservé qu’aux disciples (les croyants).

Quant à la relation d’amour entre le Père et les disciples sur la figure ci-dessus, elle n’a qu’une seule direction: le Père aime les disciples, par contre, pas d’amour dans le sens inverse, parce que l’Évangile de Jean ne parle pas de l’amour des disciples pour le Père. Ce détail est important dans la théologie johannique sur la relation d’amour. Avec la présence de Jésus, ses disciples ne peuvent entrer dans la relation d’amour avec le Père que par une seule voie: aimer Jésus. Ce dernier le précise à ses disciples en 16,27a: “Le Père lui-même vous aime, parce que vous m’aimez.” Quand les disciples aiment Jésus et gardent ses commandements, ils deviennent les aimés du Père. Jésus le dit aux disciples en 14,21b.23b: “Celui qui m’aime sera aimé de mon Père” (14,21b); “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera” (14,23b).    

Selon la figure ci-dessus, l’amour mutuel des disciples est une partie de la circulation d’amour, c’est-à-dire que l’amour mutuel des disciples ne peut pas exister sans l’amour de Jésus pour eux (15,10). Dans cette perspective, vivre le commandement d’amour (13,34; 15,12) est essentiel pour la vie interne et pour la relation externe de la communauté des disciples: (1) À l’intérieur de la communauté, vivre l’amour mutuel permet aux disciples d’entrer dans la relation d’amour avec Jésus et avec le Père (15,9-10). (2) À l’extérieur de la communauté, vivre le commandement d’amour est un signe pour que tous reconnaissent qu’ils sont les disciples de Jésus (13,35). Ces deux effets du commandement nouveau aident les disciples à tenir ferme la foi en Jésus devant les crises externes ou internes de la communauté.

Ainsi, l’amour est symbolisé par un cercle, mais ce n’est pas un amour enfermé. En réalité, la circulation d’amour dans l’Évangile de Jean est à la fois un témoignage devant tous les hommes de l’amour de Dieu pour l’humanité, et une invitation à croire en Jésus pour entrer dans la relation d’amour avec Jésus, avec le Père et avec les autres.

Conclusion

La circulation d’amour entre le Père, Jésus et les disciples est une des originalités de la théologie johannique. Selon cette théologie, l’ensemble de la mission de Jésus a pour but de concrétiser l’amour de Dieu pour l’humanité comme Jésus le dit en 3,16: “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, l’Unique-Engendré, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle.” À la fin de sa mission publique, Jésus est fidèle jusqu’au bout dans son amour pour les siens, ainsi le narrateur le fait remarquer en 13,1: “Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin.” Jésus manifeste son amour par “déposer sa vie pour ses amis” (15,13b). Cet amour est unique en son genre. C’est un amour jusqu’à la fin, jusqu’à la mort sur la croix, c’est l’amour poussé à l’extrême, le plus grand et sans précédent.        

Le thème de la circulation d’amour dans l’Évangile de Jean invite le lecteur à croire en Jésus, à devenir son disciple pour entrer dans ce grand cercle d’amour, pour s’immerger dans le courant d’amour du Père, de Jésus et de ses disciples. C’est un amour qui produit la vie éternelle dès maintenant et qui donne vitalité à l’existence dans ce monde. Que cette source d’amour coule sans cesse dans notre vie pour nous faire grandir et approfondir la relation d’amour avec Jésus, avec le Père et avec nos frères et sœurs./.

2 commentaires:

  1. Marial Merci de nous faire anticiper en esprit la vie divine par votre partage digne d'un Bibliste. L'amour inconditionnel . illimité, créateur, gratuit exprime bien par votre symbole. C'est l'amour divin. L'amour pour Jésus , c'est garder les commandements et pourtant le commandement est celui d'aimer. Il y a un circulation d'amour qui vise à centrer notre vie sur l'Autre et les autres. Toutes les lois ont pour l'objet le bien de l'autre. Elles sont établies dans l'ordre de relation. Merci de nous a bien expliquer.
    Je crois que les lecteurs et les lectrices qui lisent votre partage , expérimentent comme moi un sentiment de crainte et de l 'impossibilité devant les exigences de l'amour divin. L'amour est allé jusqu'au don extrême de soi comme Jésus. C'est impossible au point vu humain. Notre vie comme créature est impossible de rejoindre Dieu par notre seule force . Ma foi chrétienne me dit que c'est Dieu qui descends vers l'homme . C'est Lui qui donne les valeurs immenses et divins à nos efforts d'aimer et même nos aspirations profondes d'aimer. Voilà mon espérance en méditant votre analyse sur l'Évangile de Jean.
    Merci beaucoup , Père.
    S.J.M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci à vous pour votre partage. Vous avez bien dit, selon l’Évangile de Jean, “aimer Jésus” et “s’aimer les uns les autres comme Jésus a aimé” nous dépassent, et pourtant, Jésus invite ses disciples à vivre cet amour. À mon avis, il vaut mieux considérer cet amour comme un but à atteindre, un sommet à conquérir, un horizon à orienter. Personne n’ose dire qu’il a aimé Jésus comme il faut et il a réalisé complètement le commandement d’amour. Nous sommes tous donc sur le chemin qui conduit à ce but, à ce sommet, à cet horizon d’amour. Nous aimons Jésus et nous nous aimons les uns les autres de plus en plus chaque jour en sachant que ce grand amour est toujours à renouveler et à reconstruire dans notre vie./.

      Supprimer