13 novembre 2014

Le canal des Cananéens (le canal II) et le tunnel d’Ézéchias (le tunnel VIII) de la Cité de David, Jérusalem



Email: josleminhthong@gmail.com
Le 14 Novembre 2014.

Contenu

I. Introduction
II. Le canal II dit  le canal des Cananéens
   1. Description
   2. Les photos du canal II
   3. La datation du canal II
      a) La partie nord du canal II (le canal II A)
      b) La partie sud du canal II (le canal II B)
III. Le tunnel VIII dit le tunnel d’Ézéchias
   1) La découverte du tunnel VIII
   2) La forme S du tunnel VIII
   3) Les différentes hauteurs du tunnel VIII
   4) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes)
   5) L’inscription du tunnel VIII
   6) Les photos des tunnels VI, IV, V, VII
   7) Les photos du tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias)
      a) La section nord du tunnel VIII
      b) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes)
      c) La section sud du tunnel VIII
   8) Les propositions de datation du tunnel VIII
      a) Le tunnel d’Ézéchias (716–687 av. J.-C.)
      b) Le tunnel des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.)
      c) Le tunnel de Manassé (687–642 av. J.-C.)
      d) Le tunnel de Joas (835–796 av. J.-C.)
IV. Conclusion
Bibliographie


I. Introduction

À la recherche d’une possibilité pour identifier l’emplacement de la piscine de Siloé citée dans l’Évangile de Jean, nous avons étudié les données archéologiques du système d’eau de la Cité de David, Jérusalem. Notre premier article est une présentation générale du site intitulé: “Le système d’eau lié à la source de Gihôn et à la piscine de Siloé.” Le deuxième article se concentre sur le système d’eau de Warren près de la source de Gihôn. Dans ce troisième article, nous abordons le canal II dit le canal des Cananéens, et le tunnel VIII dit le tunnel d’Ézéchias. L’article suivant parlera des piscines de Siloé.

II. Le canal II dit le canal des Cananéens

Le canal des Cananéens est numéroté par le père Vincent: canal II. Voir les plans de l’ensemble du système d’eau dans les articles précédents. Dans cette partie, nous présentons le canal II en trois points: (1) Description, (2) Les photos du canal II et (3) La datation de ce canal.

   1. Description

Voici le schéma du canal II selon Ronny Reich et Eli Shukron:

 Schéma pris dans l’article de Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Channel II in the City of David, Jerusalem: Some of its Technical Features and their Chronology”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 2.

Légende:

A: Le canal 2 – la partie creusée puis recouverte (Channel 2 – cut and covered part)
B: Le canal 2 – la partie du tunnel (Channel 2 – tunnel part)
C: Le tunnel d’Ézéchias (Hezekiah tunnel)
D: La muraille de la ville de l’âge du fer (Iron age city wall)
E: La piscine taillée dans la pierre (Rock cut pool)
F: La piscine de Siloé (Siloam pool)

Les numéros de 1 à 9 indiquent les étapes de la découverte de l’ensemble du canal II. L’histoire des excavations du canal II est présentée dans l’article de Ronny Reich et Eli Shukron, “Channel II in the City of David, Jerusalem: Some of its Technical Features and their Chronology”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 1-6:

+ 1886–1890: La découverte de la partie entre les no 6 – no 7 par C. Schick.
+ 1909–1911: La découverte entre les no 1 – no 2 par Parker.
+ 1913: La découverte autour du no 9 par R. Weill.
+ 1978: La partie centrale du canal (entre les no 6 – no 7) nettoyée par Y. Shiloh.
+ 1995: La partie autour du no 8 découverte par Ronny Reich et Eli Shukron.
+ 1997–1998: Le nettoyage de la partie nord du canal (203 m de la source de Gihôn). Le rectangle au no 4 est une ouverture du tunnel faite par les archéologues à partir de la surface de la terre.

La première section du canal II (du no 1 au no 6) a été creusée à partir de la surface de la terre puis elle a été recouverte de blocs de pierre (voir les photos ci-dessous). La deuxième section  du canal II (du no 6 au no 9) est un tunnel creusé dans la pierre. On peut distinguer ces deux parties du canal en les appelant: le canal II A (la partie nord) et le canal II B (la partie sud).

Le schéma ci-dessous présente la section autour du no 6:
  
Schéma pris dans l’article de Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Channel II in the City of David, Jerusalem: Some of its Technical Features and their Chronology”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 4.

Les sections A – A’ et C – C’ sur ce schéma présentent l’ouverture au no 6. Cette ouverture a été obstruée par des blocs de pierre. Celle de B – B’ montre la forme du tunnel au début de la deuxième partie du canal II (le canal II B).

   2. Les photos du canal II

L’escalier sur la photo ci-dessous conduit à la source de Gihôn, puis à l’entrée du tunnel VI. Le panneau à gauche indique l’entrée du canal II:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Les informations à l’entrée du canal II dit le canal des Cananéens (Canaanite Tunnel):

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Les informations sur le panneau: “Le canal mesure 120 m et il est à sens unique. Il faut au moins 10 minutes pour le traverser. Ce canal est étroit, éclairé et sec.”

Seule la partie nord du canal II (le canal II A) est ouverte au public. Voici quelques photos du canal II A.

Le fond du canal II A est sec:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Le plafond du canal II A est recouvert par des blocs de pierre:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

La hauteur du canal II A est de 3 – 4 m:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

La sortie du canal est au fond de la photo ci-dessous:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Le tourniquet ci-dessous est la sortie du canal II A. Au milieu et à droite de la photo est la suite du canal II A, c’est le début du  canal II B qui n’est pas ouvert au public:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Derrière les marches sur la photo ci-dessous, on voit le canal II B qui est fermé par une grille.

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Après la sortie du canal II, on aperçoit l’ancienne muraille de la Cité de David:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

   3. La datation du canal II

L’ancienne théorie considère que l’ensemble du canal II (II A et II B) a été réalisé d’après un seul projet pour conduire l’eau de la source de Gihôn vers le sud de la Cité de David. W. F. Birch suggère de dater le canal II à l’époque du roi Salomon (10e siècle av. J.-C.). De nos jours, après avoir examiné les données archéologiques de l’ensemble du canal II, Ronny Reich et Eli Shukron proposent de distinguer deux parties du canal II: (a) La partie nord (le canal II A) et (b) La partie sud du canal II (le canal II B). Ces deux parties ont été creusées sur deux époques différentes.

      a) La partie nord du canal II (le canal II A)

La partie nord du canal II (le canal II A) avec sa longueur de 190 m (entre les no 1 – no 6 sur le schéma) est plus ancienne que l’autre. Ce canal a deux usages: (1) Étant une partie de l’ensemble du système d’eau de Warren, le tunnel II A conduit l’eau de la source de Gihôn au tunnel III qui relie à la piscine taillée dans la pierre. Voir le plan de ce système dans l’article: “Le système d’eau de la Cité de David, Jérusalem.” (2) Il conduit également l’eau de la source de Gihôn vers le sud de la Cité de David.

Le canal II A a été creusé dans la roche-mère (bed-rock) à partir de la surface de la terre, puis elle a été recouverte par d’énormes blocs de pierres (voir photo ci-dessus). Tandis que la partie sud du canal II (le canal II B) a été creusée dans la pierre sous forme d’un tunnel. Le canal II A est arrêté à 190 m de la source de Gihôn (voir no 6 sur le schéma). L’ensemble de ce système d’eau (canal II A, tunnel III, la piscine taillée dans la pierre) est daté de l’époque du bronze moyen II (18e–17e siècle av. J.-C.).

Pourquoi le canal II A est-il arrêté à 190 m de la source de Gihôn (au no 6)? Les représentations A – A’ et C – C’ au no 6 sur le schéma plus haut montrent une ouverture de 2,5 m du canal II A vers la vallée du Cédron. On n’a pas encore suffisamment de données archéologiques pour dire qu’après l’ouverture, l’eau du canal II A continuerait à couler dans un canal inférieur du canal II B ou si elle se déverserait dans un réservoir dans la vallée. Seules des excavations dans cette zone permettraient de répondre à cette question. (Voir Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Channel II in the City of David, Jerusalem: Some of its Technical Features and their Chronology”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 5).

      b) La partie sud du canal II (le canal II B)

La partie sud du canal II (le canal II B) est la continuité de la partie nord (le canal II A) et se termine à la grande piscine de Siloé. Le parcours du canal II B comprend du no 6 au no 9 sur le schéma plus haut. Cette deuxième partie du canal II est un tunnel creusé dans la pierre. Les données archéologiques dans ce tunnel permettent de dater cette partie à l’âge du fer II (8e siècle av. J.-C.). En effet, les traces laissées sur la pierre dans le canal II B montrent que la technique utilisée dans la partie du sud (le canal II B) est plus fine que celle de la partie du nord (le canal II A). La forme du canal II B est quadrangulaire: le haut est plus large que le bas (voir la représentation B – B’ sur le schéma ci-dessus). La hauteur moyenne du canal II B est de 1,5 m, tandis que la hauteur du canal II A peut atteindre 5 m. Il est donc plus facile de se déplacer dans le canal II A que dans le canal II B.

On peut résumer la thèse de Ronny Reich et Eli Shukron sur le rapport entre les canaux II A, II B et les tunnels III, VIII comme suit: Avant l’existence du tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias) creusé au 8e siècle av. J.-C., l’eau de la source de Gihôn coule dans le canal II A et à quelques mètres après le début de ce canal se trouve le tunnel III qui conduit une partie de l’eau du canal II A vers la piscine taillée dans la pierre (Rock-Cut Pool), voir l’article “Le système d’eau de la Cité de David.” Une partie de l’eau continue à s’écouler dans le canal II A vers le sud et se détourne vers la vallée du Cédron (voir no 6 sur schéma plus haut). Le canal II A, le tunnel III et la piscine ont été construits à l’époque du bronze moyen II (18e–17e siècle av. J.-C.). À l’époque du fer II (8e siècle av. J.-C.), les Israélites ont creusé le canal II B pour conduire l’eau de la source de Gihôn vers la piscine de Siloé qui se trouve au sud-ouest de la Cité de David. Une fois que l’eau a commencé à couler dans le tunnel VIII (tunnel d’Ézéchias), il n’y a plus d’eau dans le canal II (II A et II B) parce que le niveau du tunnel VIII est plus bas que celui du canal II.  

III. Le tunnel VIII dit le tunnel d’Ézéchias

Nous nous intéressons en particulier au tunnel VIII (numéroté par le père Vincent pour désigner plusieurs tunnels et canaux autour de la source de Gihôn, voir les schémas ci-dessous). À l’époque de Jésus, ce tunnel conduisait l’eau de la source de Gihôn à la piscine de Siloé dont Jésus parlait dans le récit de la guérison de l’aveugle de naissance (Jn 9,6-7). Avant de présenter les piscines de Siloé dans l’article suivant, nous abordons ici le tunnel VIII en 8 points: (1) La découverte du tunnel VIII; (2) La forme S du tunnel VIII; (3) Les différentes hauteurs du tunnel VIII; (4) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes); (5) L’inscription du tunnel VIII; (6) Les photos des tunnels VI, IV, V, VII; (7) Les photos du tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias); (8) Les propositions de datation du tunnel VIII.

   1) La découverte du tunnel VIII

Avant de la découverte du système d’eau près de la source de Gihôn par Charles Warren en 1868, le tunnel VIII a été découvert en 1838 par Edward Robinson. Ce tunnel a été nettoyé par l’équipe de Montague Parker en 1909–1911. Voici la vue sur l’ensemble du parcours souterrain du tunnel VIII de la Cité de David qui est la plus ancienne partie de la ville de Jérusalem:

http://esperienzadeserto.blogspot.co.il/2012/07/escursione-nel-tunnel-di-ezechia.html

Le Temple de Jérusalem est en haut et à droite. La source de Gihôn se situe à droite et au milieu du schéma. Un peu plus haut que la source se trouvent le tunnel et le puits (en couleur orange) qui font partie du système d’eau de Warren. Le tunnel creusé dans la pierre (avec le courant d’eau en couleur bleue) est le tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias) qui conduit l’eau de la source de Gihôn vers le sud-ouest de la Cité de David. Le courant d’eau dans ce tunnel se déverse d’abord dans la petite piscine, puis dans la grande piscine. Ces deux piscines sont appelées piscine de Siloé.  

   2) La forme S du tunnel VIII

Le schéma ci-dessous présente la forme S du tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias):

http://www.generationword.com/jerusalem101/25-hezekiah-tunnel.html

Légende:

Le tunnel d’Ézéchias (Hezekiah’s Tunnel)

1. Début du canal de Siloé (le canal II) qui conduit l’eau vers le sud (Siloam Channel begins and flows south).
2. La source de Gihôn – Source d’eau (Gihon Spring – source of water).
3. L’ouverture (le tunnel VI) qui relie la source de Gihôn au tunnel VIII. En réalité, le tunnel VI ne se relie pas au canal de Siloé (le canal II) comme il est dit en anglais: Opening that connects with Siloam Channel.
4. Le commencement du tunnel d’Ézéchias (Beginning of Hezekiah’s Tunnel).
5. Le réservoir accessible par le puits de Warren (Water Reservoir accessed by Warren’s Shaft).
6. Lieu de rencontre de deux équipes de construction (Point of meeting of the two construction teams).
7. Un faux départ dans le tunnel (A false-start tunnel).
8. Un faux départ dans le tunnel (A false-start tunnel).
9. Un faux départ dans le tunnel (A false-start tunnel).
10. Un sinkhole (la doline) du plafond au sol plus haut (même fissure naturelle qu’au puits de Warren). [A sinkhole from the ceiling to the ground above (same natural feature as Warren’s Shaft)].
11. Emplacement de l’inscription de Siloé, aujourd’hui enlevée (Location of Siloam Inscription, now removed).
12. Emplacement traditionnel de la piscine de Siloé (Pool of Siloam’s traditional location).
13. Le canal Siloé (le canal II) qui se relie à la piscine de Siloé après son parcours dans la vallée du Cédron (Siloam Channel connects to Pool of Siloam after running through Kidron Valley).
14. La piscine de Siloé (Pool of Siloam).

Dans l’ensemble, le tunnel VIII a la forme d’une grande lettre S, sauf autour du point de jonction (no 6) et son parcours est sinueux. On se demande pourquoi le tunnel VIII de 533 m (1,748 ft) de long a-t-il la forme S, tandis que la ligne droite entre la source de Gihôn et la piscine de Siloé n’est que de 320 m (1,050 ft), soit 34% plus courte?

Selon l’hypothèse du géologue Dan Gill, les deux équipes de creusage auraient suivi une dissolution d’un tunnel karstique et naturelle. Dan Gill écrit: “Un canal de dissolution naturelle, qui a un parcours sinueux sous la colline, relie l’ouverture sur la pente au sud-ouest de la ville avec la source de Gihôn. Il est possible que soit cette ouverture fût assez grande pour qu’un homme puisse ramper à travers ce canal, ou soit le canal avait été élargi au début pour permettre le passage et vérifier qu’il était relié à la source du Gihôn. Une fois la connexion établie, les colossaux travaux de deux équipes en deux directions (nord et sud) pourraient être lancés avec l’assurance de la réussite.”

“A natural dissolution channel ran a winding course under the hill, connecting an opening on the southwestern slopes of the city with the Gihon Spring. Perhaps this opening was large enough for a man to crawl through from end to end. Or perhaps the channel was first enlarged to allow passage and ascertain that it connected with the Gihon Spring. Once the connection was established, massive two-way tunneling could be launched with assurance of success.” (Dan GILL, “How They Met. Geology Solves Long-Standing Mystery of Hezekiah’s Tunnelers”, BAR 20-4 (1994) p. 30-31).

Selon Dan Gill, on connaît le parcours du tunnel avant de l’élargir, dans ce cas comment explique-t-on les faux départs dans le tunnel? Dan Gill a répondu que les faux départs sont des endroits où le canal à l’origine est divisé en deux branches. Tout d’abord, les perceurs se sont engagés dans une fausse direction, puis l’ont abandonnée. Selon Dan Gill ces faux départs ont été utilisés ensuite comme “des niches” qui permettaient aux travailleurs de se déplacer dans les deux sens dans un tunnel où la largeur n’est que de 0,6 m. La circulation à double sens permet d’évacuer plus vite les débris de pierre dans le tunnel. On peut se demander pourquoi il existe seulement quatre faux départs (les niches selon Dan Gill) qui sont près du point de jonction, tandis que ce type de “niche” n’existe pas dans les autres parties du tunnel? Dan Gill répond: “À cette question, je n’ai pas une bonne explication.” (“To this I do not have a good explanation.”) (Dan GILL, “How They Met. Geology Solves Long-Standing Mystery of Hezekiah’s Tunnelers”, BAR 20-4 (1994) p. 64).

En s’appuyant sur l’état actuel du tunnel VIII, Ronny Reich et Eli Shukron ont réfuté l’hypothèse de Dan Gill dans l’article: Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Reconsidering the Karstic Theory as an Explanation to the Cutting of Hezekiah’s Tunnel in Jerusalem”, BASOR 352 (Feb 2002) 75-80. Selon Ronny Reich et Eli Shukron, il y a plusieurs raisons pour mettre en doute l’explication de Dan Gill:

- Avec la formation du rocher de la colline de l’Ophel, l’existence d’une fissure naturelle karstique d’une longueur de 533 m et dans le sens horizontal (selon la proposition de Dan Gill) est impossible.

- Selon Dan Gill, la largeur du canal de dissolution naturelle est au moins de 0,4 m pour qu’une personne “puisse ramper à travers ce canal” avant de l’élargir. À l’état final du tunnel VIII, sa largeur moyenne est de 0,6 m et on ne voit pas de trace d’un élargissement d’une fissure naturelle sur le mur dans la partie nord et début de la partie sud du tunnel VIII. Ainsi, selon la proposition de Dan Gill, la présence d’une fissure naturelle de 533 m avec une largeur de 0,4 m et moins de 0,6 m est peu probable.

- La forme du tunnel est bien courbe, cependant certaines parties sont presque droites. Ce sont les preuves que le parcours du tunnel a été réalisé par des hommes et non pas par une fissure naturelle.

- Près du point de jonction, les deux équipes du nord et du sud ont ajusté plusieurs fois la direction pour arriver à se rencontrer. Cela prouve que ces équipes n’ont pas suivi une fissure naturelle. C’est-à-dire qu’ils ne définissaient pas le chemin à l’avance.

À la fin de l’article, Ronny Reich et Eli Shukron concluent: “Nous devons revenir à l’hypothèse que le tunnel était un projet résultant d’une préparation. Le tunnel, comme il a été exécuté, semble refléter un plan original sur lequel plusieurs erreurs et changements délibérés du plan ont été faits au cours du processus de percement, dont certaines parties probablement ont été considérablement déviées du plan original. Une explication détaillée de la façon dont le tunnel a été planifié et creusé est encore un desideratum.”

“We must return to the assumption that the tunnel was a project that was the result of planning. The tunnel, as executed, seems to reflect an original plan upon which several mistakes and some deliberate alternations were made during the process of cutting, some of which probably deviated considerably from the original plan. A comprehensive explanation of the way the tunnel was planned and cut is still a desideratum.” (Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Reconsidering the Karstic Theory as an Explanation to the Cutting of Hezekiah’s Tunnel in Jerusalem”, BASOR 352 (Feb 2002) p. 78).

L’opinion de Meir Ben-Dov va dans la même direction de Ronny Reich et Eli Shukron. Meir Ben-Dov écrit dans son livre: Historical Atlas of Jerusalem, en 2002: “Certains érudits contemporains croient que le système était basé sur un tunnel naturel ou une fissure que les creuseurs avaient seulement adapté ou amélioré. Cependant, il n’y a pas de preuve de cela; en effet, si c’était le cas, il n’y aurait pas eu besoin de construire le canal de Siloé (le canal II). En outre, la célèbre inscription, avec son expression graphique de la célébration et de l’enthousiasme lorsque les deux équipes s’étaient rencontrées, aurait été superflue si les équipes avaient simplement élargi un tunnel existant.”

“Some contemporary scholars believe that the system was based on a natural tunnel or crevice, which the diggers had only to adapt or improve. However, there is not proof of this; indeed, has this been the case there would have no need to build the Siloam Channel. Moreover, the famous inscription, with its graphic expression of the celebration and excitement when the two teams met, would have been superfluous if they had merely widened an existing tunnel.” (Meir BEN-DOV, Historical Atlas of Jerusalem, New York – London, Continuum, 2002, p. 64).

   3) Les différentes hauteurs du tunnel VIII

En 1912, le père Louis-Hugues Vincent, O.P., de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, a enregistré les différentes hauteurs du tunnel VIII sur le schéma suivant:

 Schéma pris dans l’article de Louis-Hugues VINCENT, “Chronique: Les récentes fouilles d’Ophel”, RB 9 (1912), la planche X, après p. 452.

L’entrée du tunnel au nord est à droite du schéma. La hauteur maximum dans la section nord du tunnel est d’environ 2,5 m (la lettre “k” sur le schéma). Le plafond le plus bas du tunnel se trouvant après le point de jonction, au début de la section sud, est de 1,4 m (la lettre “p” sur le schéma). Près de la sortie du tunnel (la fin de la section sud) la hauteur du tunnel est de 5 m (la lettre “c” sur le schéma).

Le point de jonction a une forme particulière à cause de plusieurs rectifications pour que les deux équipes puissent se rencontrer (voir le point de jonction sur les photos du tunnel VIII).

   4) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes)

En 1912, le père Louis-Hugues Vincent a numéroté le tunnel VIII par les chiffres romains de la station I (1) à la station LII (52) pour enregistrer les détails de l’observation tout au long du tunnel VIII. (Voir la Planche X: “Plan du tunnel-Aqueduc de Siloé” dans l’article: Louis-Hugues VINCENT, “Chronique: Les récentes fouilles d’Ophel”, Revue Biblique 9 (1912) après la page 452.

Sur le schéma ci-dessous, le nord est à droite. La partie de la jonction est agrandie et placée au milieu du schéma, en haut est l’inscription du tunnel:

http://esperienzadeserto.blogspot.co.il/2012/07/escursione-nel-tunnel-di-ezechia.html

Sur le schéma ci-dessous, le père Louis-Hugues Vincent a présenté en détail la partie autour du point de jonction, entre les stations du no XXIII – XXXII:

Schéma pris dans l’article de Louis-Hugues VINCENT, “Chronique: Les récentes fouilles d’Ophel”, RB 9 (1912), la planche X, après p. 452.

Au milieu du schéma est la coupe longitudinale sur r – r’ (le point de jonction). Le schéma montre que l’équipe du sud a rejoint l’équipe du nord sur un niveau plus haut de 34 cm. Ensuite ils ont dégagé la pierre pour niveler le sol du tunnel.

Le schéma ci-dessous détaille la partie autour du point de jonction (Meeting point) entre les stations du no XXIV – XXXIII. Avant d’arriver au point de rencontre de deux équipes, on voit plusieurs endroits de rectification de la direction du creusement (voir les photos ci-dessous sur les faux départs dans le tunnel VIII).

 Schéma pris dans l’article: Ronny REICH; Eli SHUKRON, “Reconsidering the Karstic Theory as an Explanation to the Cutting of Hezekiah’s Tunnel in Jerusalem”, BASOR 352 (Feb 2002) p. 78.

   5) L’inscription du tunnel VIII

L’inscription dans le tunnel VIII fut découverte en 1880 à l’extrémité du tunnel d’Ézéchias, (environ 12 m de la sortie du tunnel. Cette inscription, qui est un des plus anciens textes hébreux que nous possédons, raconte l’achèvement du tunnel à la jonction des équipes qui avaient entrepris le percement dans le rocher à partir des deux extrémités de la masse rocheuse.

L’emplacement de l’inscription aujourd’hui:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

L’inscription originale sur la pierre est enlevée, elle se trouve maintenant au Musée des Œuvres de l’Orient Ancien à Istanbul, en Turquie. À côté de l’emplacement original de l’inscription, on a reconstitué comme suit:

 http://en.wikipedia.org/wiki/Siloam_inscription

La transcription sur la plaque: “Vous êtes à l’endroit où l’inscription de Siloé, écrite il y a environ 2.700 ans sous le règne du roi Ézéchias, a été découverte.”

“You are standing at the place where the Shiloah Inscription, written approximately 2700 years ago during the reign of King Hezekiah, was discovered.”

Voici une photo de l’inscription originale:

 http://gleaningsinhebrew.blogspot.co.il/2010/07/siloam-inscription.html

Les lettres en hébreu sur l’inscription sont ainsi reconstituées:

BEN-DOV, Meir, Historical Atlas of Jerusalem, New York – London, Continuum, 2002, p. 63.

Les traductions en français et en anglais de l’inscription du tunnel VIII sont les suivantes:

“[... quand] (le tunnel) fut percé. Et voilà la manière par laquelle les deux côtés se rejoignirent: Alors (qu’ils)  [...] (étaient) encore [...] (à utiliser leurs) pioches, un homme en face de l’autre, et alors qu’il restait encore trois coudées à percer, [on entendit] la voix d’un homme appelant ses camarades, car il y avait un chevauchement dans le rocher sur la droite [et sur la gauche]. Et quand le tunnel fut percé, les carriers taillèrent (le roc), un homme en face de l’autre, pioche contre pioche; et l’eau coula de la source vers le réservoir sur 1200 coudées, et la hauteur du roc au-dessus de la tête des carriers était de 100 coudées.” (La traduction prise dans l’article: “Tunnel d’Ézéchias”, http://www.biblelieux.com/tunnel_d_ezechias.htm).

“[...when] (the tunnel) was driven through. And this was the way in which it was cut through:  While [...] (were) still [...] axe(s), each man toward his fellow, and while there were still three cubits to be cut through, [there was heard] the voice of a man calling to his fellows, for there was an overlap in the rock on the right [and on the left]. And when the tunnel was driven through, the quarrymen hewed (the rock), each man toward his fellow, axe against axe; and the water flowed from the spring toward the reservoir for 1200 cubits, and the height of the rock above the head(s) of the quarrymen was 100 cubits.” (La traduction prise dans l’article: “Hezekiah’s Tunnel”, http://www.bibleplaces.com/heztunnel.htm).

   6) Les photos des tunnels VI, IV, V, VII

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 09/2007

Les informations sur le panneau: 
Le tunnel d’Ézéchias.
Le tunnel mesure 530 m de long et il est à sens unique. Il faut au moins 40 minutes pour le traverser. Il y a au maximum 70 cm de profondeur d’eau.
• Ne pas boire l’eau!
• Ne pas utiliser les bougies! Utiliser une lampe de poche.
• Porter des chaussures confortables pour marcher dans l’eau.

Comme nous l’avons présenté dans l’article précédent sur les étapes de la réalisation du tunnel VIII (voir le point III.6: La réalisation des tunnels près de la source de Gihôn), plusieurs tunnels ont été réalisés avant et après le percement du tunnel VIII. Voici le plan de ces tunnels:

 Schéma no 5 dans l’article de Ronny REICH; Eli SHUKRON, “The System of Rock-Cut Tunnels near Gihon in Jerusalem Reconsidered” RB 107-1 (2000) p. 11 (nous ajoutons les chiffres en couleur).

Ce schéma indique le canal II et les tunnels III, IV, V, VI, VII, VIII.
Explication des numéros:
1: L’escalier qui conduit à la source de Gihôn
2: La cavité de la source de Gihôn
3: La salle ronde de la piscine taillée dans la pierre
4: Le puits de Warren

Les photos ci-dessous montrent le chemin du visiteur dans les tunnels VI, IV, V, VII avant d’entrer dans le tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias).

L’entrée de la cavité de la source de Gihôn, l’eau coule sous la grille (no 1 sur le schéma):

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Voici la cavité de la source de Gihôn. L’entrée du tunnel VI (no 2 sur le schéma) est à gauche de la photo:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La vue rapprochée de l’entrée du tunnel VI:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Dans le tunnel VI:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La trace d’un faux départ dans le tunnel VI:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Le tournant vers le tunnel IV:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La fin du tunnel V qui a été abandonné:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Voici l’entrée du tunnel VII qui a été abandonné. L’obstruction en bas de la photo permet d’orienter l’eau vers le tunnel VIII:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Au milieu de la photo ci-dessous est le fond du puits de Warren. Le blocage en pierre empêche l’eau de couler vers le puits de Warren et oriente le courant vers le tunnel VIII:

 http://www.cityofdavid.org.il/en/archeology/

   7) Les photos du tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias)

La longueur du tunnel VIII de 533 m (ou 530 m selon d’autre source) est illustrée par les photos sous trois rubriques: (a) La section nord du tunnel VIII, (b) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes), (c) La section sud du tunnel VIII.

      a) La section nord du tunnel VIII

La hauteur moyenne de l’ensemble du tunnel VIII est de 1,7 m – 1,8 m. L’endroit où la hauteur est la plus basse mesure 1,4 m. Près de la sortie du tunnel, la hauteur du plafond est de 5 m (voir le schéma de la hauteur du tunnel VIII ci-dessus).

La hauteur du tunnel au début de la partie nord du tunnel est d’environ de 3,5 m:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Sur la photo ci-dessous, l’eau coule doucement dans le tunnel VIII, le niveau de l’eau est seulement de 10 – 15 cm:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Pendant la saison des pluies, le niveau de l’eau dans le tunnel VIII peut monter jusqu’à 70 cm comme le montrent les photos suivantes.

Le niveau élevé de l’eau à l’endroit où le plafond du tunnel est bas:

http://www.biblicalarchaeology.org/daily/biblical-sites-places/jerusalem/hezekiah%E2%80%99s-tunnel-reexamined/

Le niveau élevé de l’eau dans un faux départ:

Photo prise dans l’article de Dan GILL, “How They Met. Geology Solves Long-Standing Mystery of Hezekiah’s Tunnelers”, BAR 20-4 (1994) p. 32.

Le niveau d’eau de la petite piscine de Siloé quand l’eau de la source de Gihôn est abondante (voir autres photos de cette piscine à la fin de l’article avec un niveau d’eau plus bas):

Photo prise dans l’article de Dan GILL, “How They Met. Geology Solves Long-Standing Mystery of Hezekiah’s Tunnelers”, BAR 20-4 (1994) p. 32.

Le plafond de la section nord du tunnel VIII:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Un autre endroit du plafond de la section nord du tunnel:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

      b) Le point de jonction (le point de rencontre de deux équipes)

Le point de jonction vu en direction du sud du tunnel:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La trace de rectification de la direction en vue de la jonction:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Le point de jonction vu en direction du nord du tunnel:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

L’eau coule vers le bas de la photo:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Voici la vue du point de rencontre en direction du nord de deux équipes. Le plafond de l’équipe du sud est plus haut que celui de l’équipe du nord (voir le schéma du point de jonction plus haut):

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

      c) La section sud du tunnel VIII

Dans la section sud du tunnel VIII, il y a trois faux départs près du point de jonction. Ces faux départs portent les numéros 7, 8, 9 sur le schéma plus haut. Voici quelques photos des faux départs.

Le faux départ au numéro 8:
  
Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Le faux départ au numéro 9:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Dans la section sud du tunnel VIII, la qualité de la pierre est moins bonne que celle dans la section nord. On voit plusieurs fissures dans la partie sud de la section sud du tunnel VIII:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Voici une grande fissure sur le plafond du tunnel:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La mauvaise qualité de la pierre sur le mur gauche de la partie sud du tunnel:

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Près de la sortie du tunnel VIII se trouve une illustration de l’inscription du tunnel, placée à côté de son endroit original (voir les photos et les explications de l’inscription plus haut):

 Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La sortie du tunnel VIII est éclairée par la lumière du soleil au milieu de la photo ci-dessous: 

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La fin du tunnel VIII s’ouvre sur la petite piscine de Siloé:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

Le canal qui conduit l’eau vers la petite piscine de Siloé:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

La petite piscine de Siloé vue de la sortie du tunnel VIII:

Photo de Joseph Lê Minh Thông, 10/2014

L’eau continue à couler après le portillon grillagé au milieu de la photo ci-dessus pour arriver à la grande piscine de Siloé que nous aborderons dans l’article suivant.

   8) Les propositions de datation du tunnel VIII

La datation la plus répandue du tunnel VIII est de l’époque du roi Ézéchias (716–687 av. J.-C.). Le tunnel VIII est donc (a) le tunnel d’Ézéchias. Récemment, les autres dates ont été proposées: (b) Le tunnel des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.), (c) Le tunnel de Manassé (687–642 av. J.-C.) et (d) Le tunnel de Joas (835–796 av. J.-C.).

      a) Le tunnel d’Ézéchias (716–687 av. J.-C.)

Depuis la découverte du tunnel VIII par Edward Robinson en 1838, ce tunnel est attribué à l’entreprise du roi Ézéchias (716–687 av. J.-C.). Pour se préparer à l’attaque du roi Assyrien Sennachérib en 701 av. J.-C., le roi Ézéchias a fait creuser un long tunnel de 533 m pour amener l’eau de la source de Gihôn à la piscine de Siloé. La source de Gihôn se trouve à l’est de la Cité de David et au fond de la vallée du Cédron. Quant à la piscine de Siloé, elle est au sud-ouest de la Cité de David et à l’intérieur du rempart de la ville. Ainsi la ville de Jérusalem est assurée en matière d’eau en cas de siège par les troupes assyriennes. De plus, après la chute du royaume d’Israël du nord en 721 av. J.-C., la ville de Jérusalem s’est développée et s’est étendue vers l’ouest sur la colline entre la vallée du Tyropéron et la vallée de la Géhenne (la vallée de Hinnom). Par conséquent, la ville a besoin plus d’eau pour la vie quotidienne des habitants.

L’attribution du tunnel VIII au roi Ézéchias a son appui dans la Bible (2R 20,20; 2Ch 32,30; Si 48,17). Ce que le roi Ézéchias a fait a été résumé en 2R 20,20: “Le reste de l’histoire d’Ézéchias, tous ses exploits, et comment il a construit la piscine et le canal pour amener l’eau dans la ville, cela n’est-il pas écrit au livre des Annales des rois de Judas? Ézéchias se coucha avec ses pères et son fils Manassé régna à sa place.” Selon 2Ch 32,30, le roi Ézéchias a bouché l’accès à la source de Gihôn et a conduit l’eau de cette source à l’ouest de la Cité de David: “C’est Ézéchias qui obstrua l’issue supérieure des eaux du Gihôn et les dirigea vers le bas de la Cité de David, à l’ouest. Ézéchias réussit dans toutes ses entreprises” (2Ch 32,30). Le livre de Sirac (l’Ecclésiastique) raconte aussi que le roi Ézéchias a construit des citernes et a “fait venir l’eau dans ces murs” en Si 48,17: “Ézéchias fortifia sa ville et fit venir l’eau dans ces murs, avec le fer il fora le rocher et construisit des citernes.” Ainsi, les textes bibliques considèrent que le roi Ézéchias a construit la piscine (2R 20,20b), les citernes (Si 48,17b), le canal (2R 20,20c) pour faire venir l’eau de la source de Gihôn vers le bas, à l’ouest de la Cité de David (2Ch 32,30b). Ces indices permettent d’attribuer au roi Ézéchias le tunnel VIII, dit le tunnel d’Ézéchias.

Cependant, à partir des années 1990, il y a des auteurs qui pensent que ce n’est pas le roi Ézéchias qui a construit le tunnel VIII. Hershel Shanks a résumé les hypothèses sur la datation du tunnel VIII dans la revue Biblical Archaeology Review (BAR) en 2013: Hershel SHANKS, “Will King Hezekiah Be Dislodged from His Tunnel?”, BAR 39-5 (2013) 52-61 and 73. Voici le résumé des propositions de la datation du tunnel VIII.

      b) Le tunnel des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.)

Dans l’article de John ROGERSON et Philip R. DAVIES, “Was the Siloam Tunnel Built by Hezekiah?” Biblical Archaeologist 59-3 (1996) 138-149, ces auteurs ont pensé que le tunnel VIII a été construit non pas à l’époque d’Ézéchias (8e siècle av. J.-C.) mais à l’époque des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.). L’argumentation de John Rogerson et Philip R. Davies repose sur l’inscription du tunnel VIII (voir l’inscription plus haut). Ces auteurs ont analysé les lettres de l’inscription paléographique du tunnel VIII et ils ont conclu que les lettres en hébreu ancien écrites à la main sur l’inscription du tunnel VIII sont datées de l’époque des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.). Selon ces auteurs, au 2e siècle av. J.-C., les lettres en hébreu ancien ont été reprises et imitées. Une étude détaillée des lettres de l’inscription du tunnel VIII permet de distinguer qu’il s’agit des lettres en hébreu ancien du 8e siècle av. J.-C., ou une imitation des lettres en hébreu ancien du 2e siècle av. J.-C. John Rogerson et Philip R. Davies ont conclu que l’inscription du tunnel VIII est une imitation au 2e siècle av. J.-C. des lettres en hébreu ancien. Par conséquent, le tunnel VIII a été réalisé à l’époque des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.). Le tunnel VIII est donc le tunnel des Hasmonéens.

Pour réagir à cette proposition, la revue Biblical Archaeology Review (BAR) a réuni un groupe de spécialistes. Le débat est rapporté dans Biblical Archaeology Review, March/April 1997. Ces spécialistes ont réfuté l’hypothèse de John Rogerson et Philip R. Davies en affirmant que l’inscription du tunnel VIII ne peut pas être l’inscription de l’époque des Hasmonéens.

      c) Le tunnel de Manassé (687–642 av. J.-C.)

En 2010, dans un article de trois géologues: Amihai Sheh; Eyal Shalev et Ram Weinberger, publié dans Bulletin of the American Schools of Oriental Research (BASOR), ces auteurs ont proposé la datation de la construction du tunnel VIII sous le règne du roi Manassé (687–642 av. J.-C.), le successeur du roi Ézéchias (716–687 av. J.-C.). (Voir Amihai SNEH; Ram WEINBERGER; Eyal SHALEV, “The Why, How, and When of the Siloam Tunnel Reevaluated”, BASOR 359 (Aug 2010) 57-65).

L’argumentation de ces géologues est basée sur le temps nécessaire pour creuser un tunnel de 533 m. Ces géologues se sont renseignés auprès des maçons locaux, qui sont habitués à travailler avec le même type de rocher dans le tunnel VIII, pour connaître le volume de roche creusé par heure. À partir de la forme et de la longueur du tunnel VIII d’aujourd’hui, on peut mesurer le volume de roche qui doit être dégagé pour faire le tunnel. On sait aussi que ce tunnel est creusé par deux équipes dans les deux sens opposés. Avec ces données, ces trois géologues ont conclu que si le creusement avait été effectué 24/24 heures par 6 équipes et chaque équipe avait travaillé 4 heures par jour, le temps nécessaire pour finir le tunnel aurait été d’environ 3 ans. Il aurait fallu une année pour planifier ce projet. En tout la réalisation du tunnel VIII demanderait 4 ans. Selon ces géologues, ce tunnel n’aurait pas pu être réalisé par le roi Ézéchias parce qu’il n’aurait pas eu suffisamment de temps (4 ans) pour faire ce tunnel avant l’arrivée des troupes de Sennachérib à Jérusalem en 701 av. J.-C. Le roi Ézéchias pourrait avoir aménagé le canal II pour conduire l’eau de la source de Gihôn à la piscine de Siloé. Pour ces géologues, le tunnel VIII a été construit sous le règne du roi Manassé (687–642 av. J.-C.), le successeur du roi Ézéchias. Le tunnel VIII est donc le tunnel de Manassé.

Cette hypothèse a été réfutée par deux archéologues: Aren Maeir et Jeffrey Chadwick. Ces auteurs disent que les trois géologues ci-dessus ne soient pas au courant des registres historiques des Assyriens qui montrent que le roi Ézéchias a eu 4 ans pour se préparer à l’attaque de Sennachérib en 701 av. J.-C., durée de temps nécessaire que ces géologues ont calculé pour faire le tunnel VIII. En effet, en 705 av. J.-C., le roi Ézéchias a rejoint la coalition des pays qui se sont révoltés contre la domination assyrienne. Ézéchias a refusé de payer le tribut au pouvoir assyrien. Quand Sennachérib est venu à Jérusalem en 701 av. J.-C., le roi Ézéchias a eu donc 4 ans pour préparer la défense contre l’attaque assyrienne.

En plus, les géologues Amihai Sheh; Eyal Shalev et Ram Weinberger ont comparé le travail des maçons à celui des perceurs d’un tunnel. Cette comparaison est disproportionnée. Selon l’archéologue Ronny Reich, les maçons utilisent de petits outils pour tailler la pierre, tandis que pour le tunnel l’emploi de grands outils comme les pics ou les pioches sont nécessaires. Dans ce cas, la durée pour faire le tunnel serait moins de 4 ans, selon le calcul de ces géologues. En conclusion, l’hypothèse que le tunnel VIII a été creusé par le roi Manassé est peu probable.

      d) Le tunnel de Joas (835–796 av. J.-C.)

Selon les deux archéologues Ronny Reich et Eli Shukron, le tunnel VIII pourrait avoir été réalisé par le prédécesseur du roi Ézéchias, ces auteurs attribuent le tunnel VIII au roi Joas (835–796 av. J.-C.). Voir l’article de Ronny REICH et Eli SHUKRON: “The Date of the Siloam Tunnel Reconsidered”, Tel Aviv 38 (2011) 147-157. L’argumentation de ces auteurs s’est fondée sur les fouilles à la piscine taillée dans la pierre près de la source de Gihôn.

Selon la proposition de Ronny Reich et Eli Shukron, après avoir fini le tunnel IV, les Israélites ont commencé à creuser le tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias). (Voir trois étapes de la réalisation des tunnels VI, V, VI, VII et VIII dans l’article: “Le système d’eau de la Cité de David”). Une fois le tunnel VIII achevé, les Israélites ont fait le tunnel VI pour relier la source de Gihôn au tunnel VIII. La partie du tunnel qui relie le tunnel VI et le tunnel VIII est appelée le tunnel VI par le Père Vincent. Ensuite, les Israélites ont obstrué par les blocs de pierre l’entrée (1) du tunnel IV, (2) du tunnel VII et (3) du puits de Warren pour orienter l’eau dans le tunnel VI vers le tunnel VIII. Une fois que l’eau a coulé dans le tunnel VI et le tunnel VIII, l’usage de la piscine taillée dans la pierre est arrêté. Il n’y a plus d’eau dans le canal II, le tunnel III et la piscine taillée dans la pierre parce que les niveaux du sol du tunnel VI et VIII sont plus bas que ceux du canal II et du tunnel III.

La piscine taillée dans la pierre étant hors d’usage, quelqu’un a construit une maison dans la piscine. Il a rempli la piscine avec des débris et de bois pour élever sa maison au-dessus du sol de la piscine. Au cours des excavations, Ronny Reich et Eli Shukron ont trouvé en-dessous de cette maison des débris et des morceaux de bois qui ont bloqué l’entrée du tunnel IV et des tessons de poterie datés de la fin du 9e et du début du 8e siècle av. J.-C., (l’âge du fer II a). En s’appuyant sur la datation de ces poteries, Ronny Reich et Eli Shukron concluent que cette maison a été construite avant le règne du roi Ézéchias. Par conséquent, les tunnels IV, VI, VIII ont été réalisés avant la construction de cette maison. C’est pour cela que, selon ces archéologues, le tunnel VIII pourrait avoir été réalisé sous le règne du roi Joas (835–796 av. J.-C.). L’hypothèse de Ronny Reich et Eli Shukron n’est pas encore confirmée par la communauté scientifique. Les spécialistes ont besoin plus de temps pour examiner les résultats des fouilles de l’ensemble du système d’eau autour de la source de Gihôn pour répondre à la proposition de Ronny Reich et Eli Shukron. De plus les gens de l’époque du roi Ézéchias peuvent utiliser des matériaux anciens pour construire leurs maisons. La datation du tunnel VIII de Ronny Reich et Eli Shukron qui est basée sur la datation des tessons de poterie n’est qu’une hypothèse.

Quant à l’auteur Hershel Shanks, il propose que seuls les tunnels IV et VI ont été construits avant le règne du roi Ézéchias. Ces tunnels auraient servi à conduire l’eau de la source de Gihôn à la piscine et au fond du puits de Warren. C’est sous le règne du roi Ézéchias que le tunnel VIII a été réalisé. Cette proposition est en discussion avec celle de Ronny Reich et Eli Shukron. En attendant, on peut continuer à appeler le tunnel VIII: “le tunnel d’Ézéchias” jusqu’à preuve fiable pour l’appeler autrement.

IV. Conclusion

Nous avons présenté le canal II (le canal des Cananéens) et le tunnel VIII (le tunnel d’Ézéchias) avec les schémas et les photos des sites. Selon Ronny Reich et Eli Shukron, le canal II a été divisé en deux parties. Ces parties ont été réalisées sur deux époques avec un écart de 1.000 ans. En effet, la première partie nord du canal II (le canal II A) est de 190 m de long. C’est la partie du canal II entre la source de Gihôn et le no 6 sur le schéma ci-dessus. Ce canal II A a été construit par les Cananéens à l’époque du bronze moyen II (18e–17e siècle av. J.-C.) pour conduire l’eau vers le sud. Au no 6 le canal II A s’est bifurqué vers la vallée du Cédron. La deuxième partie du canal II (le canal II B) est entre le no 6 et le no 9 sur le schéma plus haut. Ce canal II B a été creusé dans la pierre sous forme d’un tunnel par les Israélites au 8e siècle av. J.-C. pour conduire l’eau de la source de Gihôn vers la grande piscine de Siloé. Quant au tunnel VIII, nous avons présenté avec détails cet impressionnant tunnel de 533: sa découverte en 1838, sa forme S, ses différentes hauteurs, son point de jonction, son inscription et les propositions de datation de ce tunnel.

Nous faisons la distinction entre deux domaines: (1) les données archéologiques qui sont les enregistrements au cours des fouilles, les sites à observer et (2) les interprétations du site. La même donnée sur le site peut suggérer plusieurs interprétations. Par exemple nous avons présenté deux interprétations de la forme de S du tunnel: (1) le tunnel VIII pourrait être un élargissement d’une fissure naturelle (Dan Gill) ou (2) ce tunnel aurait été réalisé selon un plan au début, ce plan a été modifié au cours de la réalisation du tunnel, les deux équipes de travail dans les deux sens n’ont pas connu à l’avance le parcours du tunnel (Ronny Reich et Eli Shukron).

Il en est de même pour la question de la datation du tunnel VIII. En s’appuyant sur les mêmes données archéologiques, il existe quatre propositions: (1) le tunnel d’Ézéchias (716–687 av. J.-C.) qui est la datation la plus répandue; (2) le tunnel des Hasmonéens (2e siècle av. J.-C.) qui est proposé par John Rogerson et Philip R. Davies; (3) le tunnel de Manassé (687–642 av. J.-C.) qui vient de la proposition des géologues Amihai Sheh; Eyal Shalev et Ram Weinberger; et (4) le tunnel de Joas (835–796 av. J.-C.) qui est suggéré par les deux archéologues Ronny Reich et Eli Shukron.

De nouvelles fouilles et de nouvelles données archéologiques peuvent confirmer, modifier, changer ou corriger voire abandonner une ancienne interprétation (voir l’ancienne théorie et la nouvelle théorie sur le puits de Warren dans l’article précédent). Ainsi les données archéologiques et les interprétations vont ensemble. D’une part, les propositions interprétatives différentes suggèrent des débats sur la cohérence de l’ensemble des données des fouilles. D’autre part, l’interprétation qui est acceptée par la plupart des spécialistes est retenue en sachant que les nouvelles données des fouilles peuvent aboutir à une nouvelle interprétation du site qui est de plus en plus proche de la réalité historique.

Dans cette perspective, nous consacrerons l’article suivant pour aborder les deux piscines à la sortie du tunnel VIII: la petite piscine de Siloé et la grande piscine de Siloé. Il existe donc deux piscines de Siloé. De quelle piscine de Siloé s’agit-il lorsque Jésus parle à l’aveugle de naissance dans l’Évangile de Jean (Jn 9,7)? Selon l’Évangile de Jean, après avoir craché à terre et fait de la boue avec sa salive, Jésus enduit avec cette boue les yeux de l’aveugle et lui dit: “‘Va te laver à la piscine de Siloé’ – ce qui veut dire: Envoyé” (Jn 9,7a). La guérison s’est produite à la piscine de Siloé en l’absence de Jésus comme le texte le dit en Jn 9,7b: “L’aveugle s’en alla donc, il se lava et revint en voyant clair.” Est-ce que l’archéologie permet d’identifier sur le terrain la piscine de Siloé dont parle l’Évangile de Jean?



Bibliographie

ONLINE:

- “Hezekiah’s Tunnel”
- “Tunnel d'Ezéchias”
- Hezekiah’s Tunnel Reexamined”

LIVRES – ARTICLES

ALTMAN, Rochelle I., “Some Notes on Inscriptional Genres and the Siloam Tunnel Inscription”, ANTIGUO ORIENTE 5 (2007) 35-88.
BEN-DOV, Meir, Historical Atlas of Jerusalem, New York – London, Continuum, 2002.
FAUST, Avraham, “A Note on Hezekiah’s Tunnel and the Siloam Inscription”, JSOT 90 (Sep. 2000) 3-11.
GILL, Dan, “How They Met. Geology Solves Long-Standing Mystery of Hezekiah’s Tunnelers”, BAR 20-4 (1994) 20-33 and 64.
GILL, Dan, “Subterranean Waterworks of Biblical Jerusalem: Adaptation of a Karst System”, Science 254 (1991) 1467-1471.
HACKETT, Jo Ann; CROSS, Frank Moore, (and others), “Defusing Pseudo-Scholarship: The Siloam Inscription Ain’t Hasmonean”, BAR 23-2 (1997) 41-50 and 68.
HOBERMAN, M., “A Note on the Siloam Tunnel”, LEVANT 9 (1977) 174-175.
KNAUF, Ernst Axel, “Hezekiah or Manasseh? A Reconsideration of the Siloam Tunnel and Inscription”, Tel Aviv 28-2 (2001) 281-287.
MEIRON, Eyal, “A New Look at Jerusalem’s Water System During the Middle Bronze 2 Period”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 7-13.
MURPHY-O’CONNOR, J., The Holy Land, An Oxford Archaeological Guide from Earliest Time to 1700, (Fifth Edition Revised and expanded), Oxford, University Press, 2008.
PARKER, Simon B., “Siloam Inscription Memorializes Engineering Achievement”, BAR 20-4 (1994) 36-38.
REICH, Ronny; SHUKRON, Eli, “Channel II in the City of David, Jerusalem: Some of its Technical Features and their Chronology”, in Christoph OHLIG; Yehuda PELEG; Tsvila TSUK, (Ed.), Cura Aquarum in Israel, Siegburg, 2002, p. 1-6.
REICH, Ronny; SHUKRON, Eli, “Recent Discoveries in the City of David, Jerusalem”, IEJ 57 (2007) 153-169.
REICH, Ronny; SHUKRON, Eli, “Reconsidering the Karstic Theory as an Explanation to the Cutting of Hezekiah’s Tunnel in Jerusalem”, BASOR 352 (Feb 2002) 75-80.
REICH, Ronny; SHUKRON, Eli, “The Date of the Siloam Tunnel Reconsidered”, Tel Aviv 38 (2011) 147-157.
RENDSBOURG, Gary A.; SCHNIEDEWIND, William M., “The Siloam Tunnel Inscription: Historical and Lingustic Perspectives”, IEJ 60 (2010) 188-203.
ROGERSON, John; DAVIES, Philip R., “Was the Siloam Tunnel Built by Hezekiah?” BA 59-3 (1996) 138-149.
ROSENBERG, Stephen G., “The Parker Mission and Hezekiah’s Tunnel”, Strata 27 (2009) 79-87.
ROSENBERG, Stephen, “The Siloam Tunnel Revisited”, Tel Aviv 25-1 (1998) 116-130.
SASSON, Victor, “The Siloam Tunnel Inscription”, PEQ 114 (1982) 111-117.
SHANKS, Hershel, “Will King Hezekiah Be Dislodged from His Tunnel?”, BAR 39-5 (2013) 52-61 and 73.
SHIMRON, Aryeh E.; FRUMKIN, Amos, “The Why, How and When of the Siloam Tunnel Reevaluated: A Reply to Sneh, Weinberger, and Shalev” BASOR 364 (Nov 2011) 53-60.
SNEH, Amihai; WEINBERGER, Ram; SHALEV, Eyal, “The Why, How, and When of the Siloam Tunnel Reevaluated”, BASOR 359 (Aug 2010) 57-65.
USSISHKIN, D., “The Original Length of the Siloam Tunnel”, LEVANT 8 (1976) 82-95.
VINCENT, Louis-Hugues, “Chronique: Les récentes fouilles d’Ophel”, RB 8 (1911) 566-591; RB 9 (1912) 86-111; 424-453; 544-574.
YOUNGER, K. Lawson, “The Siloam Tunnel Inscription – an Integrated Reading”, Ugarit–Forschungen 26 (1994) 543-556.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire